lundi , 24 juin 2024
Accueil » Télécom » Gestion de l’Énergie dans le Secteur des Télécoms. Cas de l’opérateur Ooredoo
Gestion de l’Énergie dans le Secteur des Télécoms. Cas de l’opérateur Ooredoo

Gestion de l’Énergie dans le Secteur des Télécoms. Cas de l’opérateur Ooredoo

Par Amélie Leconte

Le secteur des télécommunications continue de croître chaque année, poussé par le besoin sociétal d’être connecté à tout moment et d’avoir accès à l’information en temps réel. En France, le secteur permet à 80% des français d’accéder à internet. Chaque jour, les fournisseurs de télécommunications tentent d’améliorer leur offre pour répondre à la demande croissante de réseaux à plus haut débit. Dans un secteur extrêmement concurrentiel avec des clients exigeants qui veulent trouver la meilleure offre du marché pour satisfaire leurs besoins, les entreprises n’ont d’autre choix que de s’adapter pour rester pertinentes.

Dans cet article, nous aborderons le défi de l’efficacité énergétique dans le secteur des télécommunications à travers l’exemple de l’opérateur télécom Ooredoo, un fournisseur de télécommunications qatari.

Consommation de l’Énergie dans les Télécommunications :

Il n’est pas surprenant que les entreprises de télécommunications figurent parmi les plus gros consommateurs d’énergie au monde. Avec la hausse des prix des fournisseurs d’énergie, il n’a jamais été aussi crucial de reconsidérer leur mode de fonctionnement. Réduire les coûts, garder des clients satisfaits, diminuer l’impact sur l’environnement… tous ces aspects doivent être pris en compte. En ce sens, la durabilité est un sujet important qui ne doit pas être négligé, en particulier avec les consommateurs de plus en plus avertis et soucieux de leur empreinte écologique. Mais aussi, en particulier, avec le grand nombre d’investisseurs socialement responsables qui veulent que leur investissement soit le reflet de bonnes initiatives.

Ces changements de comportements poussent les opérateurs télécoms à changer leurs paradigmes, récompensant les clients qui sont prêts à franchir le pas par un avantage concurrentiel indéniable. Ces transformations représentent également une excellente occasion de réduire leurs dépenses, car la mise en œuvre de mesures d’efficacité énergétique pourrait potentiellement réduire les coûts d’exploitation des télécommunications.

Les coûts et les sources de consommation d’énergie sont plus ou moins similaires pour toutes les entreprises de télécommunications. Selon les estimations du secteur, les bandes de fréquences de la 5G consomment deux fois plus d’énergie que celles de la 4G, bien qu’elles soient réputées plus économes en énergie par gigaoctet.

En outre, et aussi surprenant que cela puisse être, la majeure partie de l’énergie gaspillée ne l’est pas par les utilisateurs mais plutôt par la source, appelée réseau d’accès radio (RAN pour Radio Access Network en anglais). En effet, la plupart du temps, les ressources de la station de base radio restent inutilisées à cause des composants matériels activés à tout moment pour transmettre les informations du système et les signaux de synchronisation et de référence. En fait, ces réseaux ont été initialement construits pour maximiser la connectivité et non l’efficacité énergétique. Par conséquent, pour éviter le gaspillage de chaleur, certains des RAN les plus récents sont équipés d’une mesure d’économie d’énergie, permettant la commutation automatique des composants. Par exemple, le mode MIMO alimenté par l’intelligence artificielle (IA),  améliore les performances au niveau du nœud, grâce à l’automatisation.

L’utilisation de sources d’énergie renouvelables (hydrogène vert, vent, soleil, etc.) ou encore l’utilisation de technologies telles que les « Fonctionnalités d’économie d’énergie » (ESF), qui consistent à utiliser des fonctionnalités spécifiques sur les équipements du réseau, sont tout autant de mesures cruciales que les télécoms doivent mettre en place pour répondre à leurs objectifs d’efficacité énergétique.

Par exemple, en France, le groupe Orange a réussi à économiser 3,4 TWh d’électricité et 191 millions de litres de carburant depuis 2015, soit une économie de CO2 égale aux émissions annuelles d’un pays comme l’île Maurice.

Bien entendu, les opérateurs ne peuvent pas atteindre leurs objectifs d’efficacité énergétique tout seuls : tous les acteurs (les fournisseurs, les centres de données tiers, les opérations commerciales externalisées, etc.) doivent être impliqués et partager la même vision. Des indicateurs clés de performance (KPI) correctement définis, un cadre commun et des critères de reporting doivent être mis en place pour s’assurer que chaque agent soit aligné avec le projet.

Il n’existe pas de formule magique : des améliorations doivent être apportées à tous les niveaux afin que l’industrie mondiale puisse récolter les fruits des efforts consentis par l’un des secteurs les plus importants, dont dépendent des milliards de personnes.

Étude de Cas : Initiation à l’Énergie Intelligente pour Ooredoo :

Basé à Doha depuis 1987, la société de télécommunications qatarie Ooredoo est considérée comme l’une des plus grandes organisations mobiles au monde avec une base de données de plus de 121 millions de clients en 2021. En tant que leader sur son marché, Ooredoo offre divers services tels que la téléphonie mobile, la téléphonie fixe, l’Internet haut débit et des solutions gérées pour les entreprises sur différents marchés, notamment au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et en Asie du Sud-Est.

Pays du Golfe : Une forte Consommation de l’Énergie :

Le Qatar est l’un des membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG), aux côtés de Bahreïn, du Koweït, d’Oman et des Émirats arabes unis. Avec une moyenne de 17 923 kWh/an, le Qatar est l’un des plus gros consommateurs d’énergie au monde et le plus gros du monde arabe. À titre d’exemple, la consommation du pays serait presque 7 fois supérieure à celle de la France.  

La croissance économique rapide, notamment le développement d’infrastructures à grande échelle, d’industries lourdes et de pétrochimie, entre autres, a entraîné une utilisation importante de l’énergie électrique. Cela peut également s’expliquer par l’augmentation du niveau de vie, associée au faible prix de l’électricité dans les pays du Golfe. En outre, les conditions climatiques difficiles ont entraîné un pic de consommation d’énergie en été, en raison de l’utilisation exorbitante de la climatisation.

Historiquement, le pétrole et le gaz ont toujours été les principaux combustibles qui alimentent l’économie des États du Golfe. Cependant, depuis quelques années, le secteur de l’énergie subit une transformation visant à diversifier le mix énergétique. En effet, l’utilisation de sources d’énergie renouvelables (notamment le photovoltaïque) est une opportunité pour ces pays de réduire leur impact environnemental et de libérer une partie de la production énergétique pour l’exportation, contribuant ainsi fortement au PIB des pays.

Dans cette optique, le Qatar s’est fixé comme objectif de produire 20% d’énergie renouvelable d’ici 2030, selon l’Agence Internationale pour les Énergies Renouvelables. Le champ d’application de la stratégie générale du pays en matière d’énergies renouvelables comprend l’augmentation de l’efficacité énergétique, l’uniformisation des sources d’émission et la réduction des torchères et évents. Enfin, en s’engageant dans les différents COP, le pays a accéléré sa transition vers une stratégie plus durable et ouvre désormais la voie.

Le Défi Énergétique pour Ooredoo :

À cet égard, l’initiative en faveur d’une énergie intelligente prise par l’opérateur de télécommunications qatari Ooredoo s’inscrit dans la stratégie générale du pays. Du point de vue de Ooredoo, il était essentiel d’améliorer l’efficacité énergétique de ses bureaux et de réaliser sa mission en participant à la construction de « villes et stades intelligents ».

Différents acteurs ont été impliqués dans le processus pour atteindre l’objectif d’une meilleure gestion de la consommation énergétique de Ooredoo :

Plug & Play (1) : La plus grande plateforme d’innovation d’entreprise par sa portée locale a été le point de connexion entre DEXMA (2) et Ooredoo.

  • Shelter Group (Intégration du système local) : Un grand groupe de sociétés de construction immobilière haut de gamme, de développement et de services d’ingénierie associés, à la présence internationale.

  • Wibeee (matériel IoT) : Basée à Barcelone, l’entreprise conçoit et fabrique des solutions matérielles et logicielles.

  • DEXMA (Logiciel) : La Plateforme DEXMA est un outil de gestion de l’énergie basé sur le cloud qui combine l’IA et l’analyse des Big Data avec l’efficacité énergétique pour aider à détecter, analyser et optimiser la consommation de l’énergie tout en réduisant les coûts.

Tous ont travaillé ensemble, pour la conception d’une solution de gestion de l’énergie fonctionnelle dans les bureaux d’Ooredoo.

Les Avantages d’une Mise en Place d’un SGE pour les Télécoms :

De nombreux avantages découlent de l’utilisation d’un Système de Gestion de l’Énergie (SGE) et le cas de Ooredoo est un parfait exemple pour le démontrer.

L’implémentation d’un SGE, tel que la Plateforme DEXMA, a permis à l’opérateur qatari de mieux suivre, surveiller et gérer l’utilisation de l’énergie dans ses bureaux et d’améliorer sa gestion au niveau micro.

Les actions de DEXMA Analyse ont permis à Ooredoo d’économiser des coûts importants, de gérer et collecter la consommation de différents sites et ainsi recouper les factures avec Kahramaa, le fournisseur d’énergie national du Qatar. Enfin, c’est grâce à l’utilisation de DEXMA que Ooredoo a défini un potentiel d’économie d’énergie de 25% dans la tour qui abrite leurs bureaux.

Par Amélie Leconte (DEXMA)

  • Plug & Play désigne des technologies en mesure de détecteur spontanément les périphériques compatibles sans qu’il soit nécessaire de redémarrer l’ordinateur ou d’y installer un logiciel spécialement dédié.

  • Dexma (Spacewell Energy) est un fournisseur leader de solutions de gestion de l’énergie. La Plateforme Spacewell Energy (Dexma) est un logiciel d’Intelligence artificielle (IA) basé sur le cloud qui combine l’analyse du Big Data avec l’efficacité énergétique pour aider des milliers de gestionnaires des installations, d’auditeurs énergétiques et de propriétaires de bâtiments dans le monde entier à détecter, analyser et optimiser la consommation et les coûts énergétiques tout en devenant plus durables.

Pour plus d’information voir lien :

https://www.dexma.com/fr/blog-fr/gestion-de-lenergie-dans-le-secteur-des-telecommunications-etude-de-cas-ooredoo/

LTE.ma 2024 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH