dimanche , 1 août 2021
Accueil » tribune libre » La recherche de l’unité est le moteur des grands physiciens.
La recherche de l’unité est le moteur des grands physiciens.

La recherche de l’unité est le moteur des grands physiciens.

Sans le vouloir, peut-être, la science arrive parfois à unifier des phénomènes qui semblent être éloignés dans l’apparence. Ainsi, on a unifié, début des années 80, dans les laboratoires du CERN : “Centre de Recherche Nucléaire Européen” de Genève la force électromagnétique, exerçant son influence sur des distances relativement importantes, avec la force nucléaire faible agissant au cœur du noyau atomique et qui est responsable, entre autres, de la désintégration radioactive bêta. Cette unification n’est qu’une parmi d’autres. 

Dans le domaine de la physique, déjà au Xème à une période où la science et la foi étaient unifiées par l’unité de Dieu, Abu Rayhan AL BAIRUNI avait émis l’hypothèse que les phénomènes physiques obéissaient aux mêmes lois sur terre et dans l’univers. Cette affirmation fondamentale est à la base de l’unification de toute la physique contemporaine.

GALILEE, dont les travaux sont basés sur ceux de COPERNIC, a démontré   au XVIIème siècle, soit six siècles après AL BAIRUNI, que les lois de formation des ombres étaient les mêmes sur la Terre que sur la Lune. Cette constatation a permis aux physiciens d’élaborer le principe fondamental dit maintenant « symétrie de GALILEE », et qui précise l’universalité des lois de la physique.

En 1680, Isaac NEWTON affirma que la force qui faisait tomber la pomme des mains d’un terrien ou d’un arbre, celle qui retient les objets tels que les humains sur terre et celle responsable des mouvements des planètes autour du Soleil était une force universelle appelée « l’attraction gravitationnelle ». La découverte de cette force montre bien que la Terre est liée aux autres corps célestes par des liens contractuels et que, par ces mêmes liens, chaque grand événement se produisant sur un corps est présent dans tout l’univers. NEWTON fut remarqué après avoir publié le livre “Principia Mathemathica”.

Chronologique de l’unification des théories physiques

Albert EINSTEIN, physicien ayant contribué à l’élaboration de plusieurs idées unificatrices, a unifié la masse et l’énergie et il a également intégré, sur le plan théorique, le temps à l’espace, comme une quatrième dimension. Avant lui, Mohammed Iqbal, dans son poème Djavid Nama, avait dit “ouvre les yeux sur le temps et l’espace, tous deux ne sont qu’un état parmi les états de l’âme, car par l’unité du regard, les atomes deviennent Soleil”.

Dans le même élan d’unification, les deux physiciens Michael FARADY et André AMPERE ont démontré au XIX que la force électrique et celle magnétique ne sont que deux aspects d’une même force. Cette unification a permis aux humains de développer toute la technologie du XIXème siècle. De fait, la technologie électromagnétique, conjuguée à la mécanique de NEWTON, a contribué à mettre en pratique le concept de possession de la nature tel qu’avancé par René DESCARTES. La colonisation, dont les séquelles se font sentir jusqu’à nos jours, est un exemple malheureux de cette aventure matérialiste.

James Clerk MAXWELL, l’un des plus grands physiciens de notre temps, unificateur de l’optique et de l’électromagnétisme, montra que quand une charge électrique est accélérée, elle transmet de l’énergie sous forme de radiations électromagnétiques. Cette unification fut proposée pour la première fois par James Clerk MAXWELL en 1865, à travers une véritable théorie sur la propagation de la lumière. On surnommait, à l’époque, MAXWELL le “théologien”, grâce à la manière avec laquelle il a posé ces célèbres équations qui sont aujourd’hui utilisées dans les théories abordant l’infiniment petit, qui est l’atome et l’infiniment grand, qui est l’univers.

L’unification de MAXWELL est derrière toute la technologie des télécommunications, telle que développée tout au long du XXème siècle. Et c’est l’ambition unificatrice des télécommunications, puisqu’elles œuvrent à rendre l’humanité unie au sein de ce grand village, qu’est devenu notre planète.  

Les équations de Maxwell ont unifié l’infiniment petit et l’infiniment grand :

Le prix Nobel ABDU SALAM, en collaboration avec Steven WEINBERG et Glashow SHELDON, a mis en œuvre une théorie qui a permis d’unifier les forces électromagnétiques et les forces nucléaires faibles. Cette unification constitue l’une des grandes révolutions scientifiques du XXème, car rien ne semble rapprocher, dans l’apparence ces deux forces. La première exerce son influence sur de grandes distances alors que la force faible agit au niveau du noyau atomique. Cette théorie, élaborée dans les années 70, n’a été vérifiée qu’en 1983, par Les deux prix Nobel de physique RUBIA et SIMON VAN, au laboratoire de recherche du CERN et, plus tard, dans des laboratoires américains.

Tous les corps célestes et toutes les matières sont le résultat d’un unique évènement : LE BIG-BANG.

Dans le domaine de l’astrophysique, d’énormes progrès ont été également réalisés avec le déploiement des radiotélescopes qui explorent les régions du spectre électromagnétique invisibles jusqu’alors, et qui aident ainsi l’homme à acquérir de nouvelles connaissances sur l’univers.

La vérification du modèle du “Big Bang” a permis de reprendre le sentiment de l’unité que tout est parti d’un point suite à une explosion énergétique. Cette confirmation qui permet d’unifier l’infiniment petit et l’infiniment grand, pose des problèmes aux scientifiques déterministes, car, on ne sait pas répondre à la question : comment un flux d’énergie qui s’écoule sans but peut-il répandre la vie et la conscience dans le monde ?

Quant au physicien et mathématicien russe, Alexandre FRIEDMAN, qui s’intéressait à la structure globale de l’univers, il fut le premier à dire que l’univers n’est pas statique. Il trouvait qu’un univers en expansion est une solution aux équations d’Einstein. Alors que ce dernier, croyait comme NEWTON, en un univers statique

La confirmation expérimentale fut apportée par HUBLE en 1929, qui découvrit que les galaxies s’éloignent les unes des autres, en parfait accord avec cette idée. Cette découverte est aussi l’une des grandes révolutions intellectuelles du XXème siècle.

La voie de l’unification continue, en vue d’intégrer la force de gravitation et la force nucléaire forte aux autres forces déjà unies. De belles théories sont conçues et de grands accélérateurs, fonctionnant à haute énergie, sont construits ou en projet pour avancer dans la voie de l’unification. L’étude de la matière et de l’unification de toutes les forces fondamentales demeurent une préoccupation des grands centres de recherches aux Etats-Unis, en Europe et dans d’autres pays. Plusieurs Prix Nobel ont été accordés dans ce cadre.

En guise de conclusion, on donne la citation du Steven Weinberg, Prix Nobel de physique en 1979 :

« L’effort pour comprendre l’univers est l’une des très rares choses que nous faisons. Il élève la vie humaine un peu au-dessus du niveau de la farce et lui donne une partie de la bénédiction de la tragédie ! ».

Ahmed Khaouja physicien et ingénieur télécom.

LTE.ma 2021 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH