vendredi , 12 juillet 2024
Accueil » IA/TIC » Entretien réalisé avec Carlo Maria Rossoto Responsable principal des investissements, responsable mondial des Télécom, des infrastructures et des Médias à la Société Financière Internationale (SFI) (*)
Entretien réalisé avec Carlo Maria Rossoto Responsable principal des investissements, responsable mondial des Télécom, des infrastructures et des Médias à la Société Financière Internationale (SFI) (*)

Entretien réalisé avec Carlo Maria Rossoto Responsable principal des investissements, responsable mondial des Télécom, des infrastructures et des Médias à la Société Financière Internationale (SFI) (*)

  • Carlo Maria Rossotto

    Quelle est la place du développement durable et de la lutte contre le changement climatique dans la mission de la SFI?

La promotion du développement durable et la lutte contre le changement climatique sont des aspects fondamentaux de la mission de la SFI. En tant que membre du Groupe de la Banque mondiale et la plus grande institution axée sur le secteur privé dans les pays en développement, nous promouvons une croissance économique inclusive et durable. Nous créons des marchés pour que les entreprises prospèrent et améliorent la vie des gens en investissant dans des projets percutants, en mobilisant des investisseurs supplémentaires et en fournissant des conseils et des orientations techniques pour garantir que les communautés locales partagent les bénéfices. Notre travail contribue au double objectif du Groupe de la Banque mondiale de mettre fin à l’extrême pauvreté et de promouvoir une prospérité partagée.

Mais la réalisation de ces objectifs ne peut se faire sans une attention prioritaire au changement climatique. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, les efforts visant à limiter le réchauffement climatique à 1,5 degrés Celsius seront probablement hors de portée d’ici la fin de cette décennie, à moins que nous ne prenions des mesures drastiques pour réduire les émissions. Les marchés émergents, compte tenu de leurs énormes besoins de développement et de leur demande énergétique croissante, seront les plus durement touchés par le changement climatique. En fait, certaines estimations suggèrent que 1,2 milliard de personnes pourraient devenir des réfugiés climatiques d’ici 2050, dont beaucoup de pays en développement.

C’est là une opportunité économique majeure, qui peut promouvoir une croissance écologiquement et socialement responsable, renforcer les communautés et créer des emplois dans un large éventail de secteurs. Nos recherches montrent que les activités liées au climat pourraient générer 23 000 milliards de dollars d’investissements, créer 213 millions d’emplois et réduire de 4 milliards de tonnes de CO2 les pays en développement.

  • Comment intégrez-vous cette focalisation sur la transition climatique à la performance économique et financière globale, et plus particulièrement dans vos investissements numériques et télécoms ?

La stratégie globale d’IFC vise à développer de nouveaux modèles commerciaux et d’investissement qui stimuleront la transition climatique, tels que le financement lié à la durabilité, une série d’instruments de financement qui incitent les entreprises à poursuivre des objectifs climatiques et sociaux ambitieux. Le secteur des télécoms offre ici un potentiel important. Par exemple, en Pologne, nous avons récemment ancré une obligation liée au développement durable de 98 millions de dollars américains pour Polsat, le plus grand opérateur de médias et de télécommunications du pays, afin de permettre le virage stratégique de l’entreprise vers les énergies renouvelables. IFC a également attiré des fonds d’autres investisseurs, mobilisant 212 millions de dollars supplémentaires pour soutenir l’objectif de l’entreprise de produire 30 % de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici 2026. Nous sommes extrêmement fiers de cette transaction révolutionnaire, notre première obligation liée au développement durable. dans le secteur des télécommunications – survenant à un moment de turbulences sur les marchés en raison des conditions géopolitiques en Europe.

Un autre bon exemple est un programme de financement de 70 millions de dollars pour les infrastructures de communication et d’énergie renouvelable (CREI), aux Philippines. En plus d’assurer une meilleure couverture et une allocation optimale des réseaux mobiles à haut débit, et en ligne avec les objectifs climatiques nationaux, ce projet entraînera d’importantes économies de gaz à effet de serre (GES).

  • Quelles sont les priorités climatiques d’IFC pour les années à Venir ?

Notre programme climatique s’inscrit dans trois catégories. Premièrement, nous travaillons avec nos clients et partenaires à l’adoption de normes et de standards pour l’industrie qui englobent les considérations de durabilité et de climat. Un bon exemple de cela, le système de certification des bâtiments, EDGE, a ouvert la voie à un ensemble complet d’incitations économiques, financières et fiscales pour les promoteurs, les institutions financières et les consommateurs. Rack Center est devenu le premier opérateur de centre de données de la région EMEA à recevoir la certification EDGE.

Deuxièmement, nous facilitons l’innovation liée au climat et à la durabilité. Par exemple, IFC s’engage dans une large gamme de produits pour soutenir Blue Finance, un domaine émergent de la finance climatique axé sur la contribution à la croissance économique, à l’amélioration des moyens de subsistance et à la santé des écosystèmes marins. Et troisièmement, nous mobilisons des capitaux auprès de banques tierces et de partenaires grâce à nos investissements catalytiques. Nous avons joué un rôle déterminant dans les premières obligations vertes émises dans des pays comme la Géorgie et l’Égypte, donnant ainsi confiance à d’autres investisseurs et permettant leur participation.

  • Dans notre monde interconnecté, comment pouvons-nous tirer parti des synergies entre les secteurs d’infrastructure ?

Il existe un énorme potentiel intersectoriel de synergie entre les infrastructures et technologies numériques et les infrastructures traditionnelles. Il existe même un nouveau terme – InfraTech – utilisation de la technologie pour améliorer la qualité des actifs d’infrastructure et la prestation de services d’infrastructure. Et l’IFC s’est activement engagée dans cet espace. Par exemple, IFC a développé un projet (actuellement au stade de la faisabilité) qui déploie un réseau de fibre à l’intérieur des installations de traitement de l’eau dans l’un des pays d’Amérique latine. Au Brésil, nous travaillons avec la société de gestion de l’eau et des déchets Sanepar pour déployer la fibre à l’intérieur de leur réseau d’égouts. Cela étendra la portée du réseau en dehors des grandes villes, encore une fois, offrant une meilleure connectivité aux zones mal desservies.

Les technologies cloud sont un autre excellent exemple de synergies entre le numérique et d’autres secteurs d’infrastructure. Les clients d’IFC et les opérateurs énergétiques axés sur le développement durable tels qu’ENGIE, Enel et EDF ont investi massivement dans les technologies cloud dans leurs propres opérations et dans des entreprises commerciales prometteuses. EDF Pulse Ventures, la filiale de capital-risque de l’entreprise, a investi dans des technologies telles que le logiciel en tant que service (SaaS), l’IoT et la cybersécurité

Dans l’intervalle, les télécoms explorent également de nouveaux modèles commerciaux, allant au-delà des exigences d’investissement traditionnelles, envisageant des investissements dans la cybersécurité, l’IoT, le cloud et l’énergie solaire, comme Orange l’a fait avec les fermes solaires en Jordanie.

  • Quels sont les opportunités et les défis uniques pour les marchés émergents, en particulier pour les pays africains ?

L’Afrique dispose d’énormes ressources naturelles en solaire et, dans certains pays, en hydroélectricité. Mais la région est toujours confrontée à d’importantes pénuries de capital financier et humain. Nous devons nous associer aux secteurs privé et public pour créer un environnement propice qui attirera des investissements supplémentaires et co-créera des solutions qui stimuleront la croissance du marché. Nous devons également mettre davantage l’accent sur les petites et moyennes entreprises (PME), qui sont au cœur des économies de marché émergentes. IFC s’emploie à relever ces défis, avec des initiatives visant à développer de nouvelles opportunités commerciales avec des investissements de démarrage et d’autres mécanismes de réduction des risques. Nous avons une longue expérience dans le soutien aux PME en Afrique. L’un de nos principaux domaines d’intérêt devrait être de soutenir les entrepreneurs technologiques talentueux et ambitieux d’Afrique, qui introduisent constamment de nouveaux produits et services qui luttent contre le changement climatique, renforcent la résilience des communautés et augmentent l’utilisation des technologies numériques. Ils représentent une force passionnante pour le changement et la croissance future sur le continent.

(*) Cet entretien a été réalisé par Sofrecom et par Lte magazine.

LTE.ma 2024 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH