jeudi , 19 mai 2022
Accueil » Télécom » Convergence internet et l’espace space: défis et opportunités
Convergence internet et l’espace space: défis et opportunités

Convergence internet et l’espace space: défis et opportunités

Par Dr. Riad Hartani (*).

L’espace a toujours été la dernière frontière du genre humain. L’émergence d’Internet a probablement été l’une des choses les plus perturbatrices et passionnantes de ces dernières décennies.

À l’aube des années 2020, les technologies spatiales et Internet convergent. Les leaders mondiaux de la technologie qui considèrent l’évolution d’Internet, en termes d’adoption, d’accessibilité financière, de performance et de portée, comme fondamentaux pour leur croissance continue, injectent maintenant des dizaines de milliards dans les technologies Internet spatiales. Des temps excitants, mais risqués dans l’avenir!

En termes simples, les réseaux low earth orbit (LEO)ou orbite terrestre basse en français (OTB)  sont des constellations satellitaires qui orbitent à des altitudes inférieures à 1 200 miles au-dessus de la surface de la Terre. Ces constellations existent depuis un certain temps, et de nombreuses ont été lancées dans le passé, le réseau Iridium étant le plus connu de la fin des années 90. La nouveauté réside dans le fait que ces récents lancements de réseaux visent essentiellement à permettre une connectivité Internet à l’échelle mondiale, introduisant une nouvelle ère de technologies Internet spatiales. Presque tous les principaux fournisseurs Internet / Cloud travaillent sur divers aspects de ces déploiements, y compris Amazon, Google et Facebook, ainsi que des acteurs technologiques à grande échelle tels que Virgin, SpaceX et Softbank, ainsi que certains des fournisseurs de communications par satellite existants déjà présents. Dans le GEO (Geostationary Orbit) et MEO (Medium Earth Orbit), ainsi que dans des startups soutenues par du capital-risque et des consortiums financés par le gouvernement en Chine, au Japon, en Corée, en Europe et en Amérique du Nord. La plupart des lancements de constellations sont à l’horizon de 2025, avec des dizaines de milliards de dollars investis. Dans le même temps, il s’agit toujours d’une initiative à haut risque étant donné les défis techniques et commerciaux qui doivent être résolus. En tant que tel, il s’agit d’une équation à haut rendement et à haut risque, et seul le temps nous dira comment cela affectera l’évolution d’Internet, la compétitivité mondiale et les questions de géopolitique d’Internet au cours de la prochaine décennie. Les nouveaux réseaux à satellite LEO en cours de conception offrent un tout nouvel ensemble d’opportunités, tirant parti de la faible latence potentielle, de la large portée et de la capacité élevée de ces réseaux. L’ampleur des investissements consacrés à ces initiatives, principalement du secteur privé, ajoute un avantage significatif à leur potentiel. Ces réseaux spatiaux LEO sont conçus dans le but de tirer parti des mécanismes conçus pour les réseaux terrestres tels que ceux pour le routage, la commutation, la qualité de service (QoS), la gestion des ressources, le contrôle de réseau défini par logiciel, l’orchestration des fonctions de réseau virtuel, la cybersécurité, etc.

Pourtant, bon nombre de ces mécanismes sont loin d’être optimaux compte tenu des caractéristiques des réseaux spatiaux LEO, en termes de mobilité, de gestion des liaisons sans fil terrestres vers espace et de connectivité des liaisons sans fil espace vers espace. Dans certains cas, ces mécanismes doivent être hautement adaptés et, dans d’autres cas, entièrement repensés. En fait, ces réseaux spatiaux LEO sont à un stade précoce pour tirer parti des mécanismes de réseautage Internet / sans fil qui ont été développés, déployés et, dans certains cas, abandonnés au cours des 20 dernières années. Il est possible de tirer parti des conceptions Internet de pointe et de les faire évoluer de manière optimale pour permettre le déploiement de cette nouvelle génération de réseaux spatiaux.

La nature mondiale des réseaux LEO et les nouveaux modèles d’interconnexion qu’il fournit avec les réseaux terrestres filaires, sans fil, sous-marins et cloud, ont le potentiel de changer considérablement la dynamique du déploiement du haut débit à haut débit dans les régions rurales, et en particulier dans les pays en développement. . C’est en tant que tel, une opportunité claire pour de nombreux pays d’explorer des moyens d’accélérer la mise en œuvre de leurs stratégies d’infrastructure numérique.

 (*) Riad Hartani, Directeur général de Xona Partners qui est une société internationale de conseil spécialisée dans les télécommunications, les médias et la technologie (TMT) y particulièrement dans les satellites. Riad Hartani est diplômé de l’École nationale polytechnique. A 25 ans, il obtient le titre de docteur pour une thèse sur l’intelligence artificielle à l’université de Paris. Il poursuit ses recherches dans le domaine de l’apprentissage automatique et de l’intelligence informatique à Berkeley (Californie).

À Tokyo, il prendra part à diverses inventions dans le domaine de la conception de circuits intégrés intelligents dans les prestigieux Advanced Research Labs d’Hitachi. Il entre ensuite au Conseil national de recherches du Canada, puis chez Nortel, un géant canadien des télécommunications, il exerce la fonction d’ingénieur principal en recherche et développement et se consacre à la mise au point de systèmes de réseaux Internet avancés. Il quitte ensuite le Canada pour les États-Unis et s’installe dans la région de la baie de San Francisco, où il dirigera avec d’autres diverses start-up technologiques travaillant dans les solutions de routage Internet, l’analyse intelligente, la 4G, la 5G et l’Internet des objets et les nano-satellites.

www.xonapartners.com

[email protected]

@xonapartners

LTE.ma 2022 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH