Samedi , 22 septembre 2018
Accueil » Régulation » Les quelques nouveaux défis pour les régulateurs des télécoms pour les années à venir en sept points
Les quelques nouveaux défis pour les régulateurs des télécoms pour les années à venir en sept points

Les quelques nouveaux défis pour les régulateurs des télécoms pour les années à venir en sept points

Les missions confiées aux régulateurs sont multiples, diverses et évolutives. Certaines de ces missions sont liées à la régulation d’autres sont assurées pour le compte de l’Etat du fait de leur proximité avec le domaine des télécommunications. La régulation évolue dans le temps et dans l’espace. Dans l’espace en fonction des spécificités des pays et de leur niveau de développement et dans le temps en fonction des évolutions technologiques. La plus part des régulateurs à travers le monde ont plus de 20 ans d’existence depuis leur création. Ces régulateurs doivent tenir compte de défis qui se présentent. Les sujets sont multiples : neutralité du Net, le déploiement du très haut débit, l’interaction entre la réglementation en matière de télécommunications et droit de la concurrence, les mécanismes du service universel à l’ère de tout internet….

Ci-après les quelques nouveaux défis que les régulateurs des télécoms doivent en tenir compte pour les années à venir :

1- Les régulateurs étaient habitués au départ à réguler des réseaux fournissant un service ou deux comme par exemple dans les réseaux GSM. Actuellement les réseaux télécoms fournissent une multitude de services. Par exemple les réseaux mobiles d’aujourd’hui permettent d’offrir en plus de la voix, le GPS, la télévision, de l’Internet et des autres services tels les opérations de paiement.

2- Quels principes d’adressage seront appliqués  (E.164 et E.212) aux  objets mobiles comme les voitures connectées: Faut-il pour cela donner la propriété des cartes SIM aux entreprises produisant les objets connectés ou plutôt faciliter le changement de fournisseurs à distance. La tendance qui semble se réaliser dans certains pays est celle qui consiste à accepter des cartes SIM embarquées sur des engins importés avec possibilité d’utilisation des numéros étrangers à condition que l’un des opérateurs du pays concerné accepte ces solutions.

3-L’interconnexion IP pour la terminaison des appels dans les réseaux télécoms. Aujourd’hui, la majorité des opérateurs télécoms ont adopté la technologie IP dans leurs réseaux télécoms. Et le protocole dit SIP,  (Session Initiation Protocol), qui est un protocole standard ouvert permettant la gestion de sessions utilisées dans les différentes communications dans les réseaux IP constitue la partie vitale de l’interfonctionnement des réseaux IP. Ce protocole remplace en quelque sorte la signalisation CCITT N°7, signalisation qui était la base de l’interconnexion en commutation de circuit ou interconnexion TDM « Time Division Multiplexing» dans les réseaux mobiles GSM et 3G.  Tous les opérateurs télécoms se préparent à ce nouveau paradigme qui est l’interconnexion IP et particulièrement pour les terminaisons d’appels vocaux dans les réseaux télécoms fixes et mobiles. Si en France le 1er janvier 2017 a été fixé comme date à laquelle les commandes en interconnexion circuit seront arrêtées, au Maroc les opérateurs sont dans une phase de préparation en vue d’implémenter l’interconnexion IP pour la terminaison des appels.

4-La convergence des télécoms et des médias. C’est un vrai défi. Le sujet est sensible, car il pose clairement l’hypothèse de la fusion des deux autorités de régulation : celle des télécoms  et celle de l’audiovisuel, dans les pays où ces régulations sont séparées comme en France.

5- l’importance de trouver du spectre pour les applications haut débit: le nombre d’abonnés mobiles en augmentation et les services offerts sur les réseaux télécoms  exigent  plus en plus de bande passante sur les réseaux télécoms. A cet effet l’UIT et les régulateurs doivent trouver des fréquences adéquates pour faire face cette évolution. Il y a lieu d’instaurer le principe de la neutralité des fréquences mobiles, quelle que soit la technologie utilisée.

6-Le respect de la neutralité du Net.

La neutralité du Net, c’est cette possibilité de se connecter à internet sans discrimination aux réseaux qui est devenu un véritable « bien commun » essentiel à la société et à l’économie. Pour mémoire les USA ont aboli, dès l’arrivée du président Trump, la neutralité du net.

 7-L’Internet des objets.  L’internet des objets pose entre autres trois grands défis de régulation: les frais d’itinérance qui s’appliqueront aux objets mobiles, la possibilité de changer de fournisseur d’accès ainsi que la propriété et la protection des données.

Par Youssef Diop consultant télécom et TIC

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

LTE.ma 2018 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH