Lundi , 19 novembre 2018
Accueil » Télécom » Le protocole ENUM prolongera-t-il la durée de vie du plan de numérotage téléphonique?
Le protocole ENUM prolongera-t-il la durée de vie du plan de numérotage téléphonique?

Le protocole ENUM prolongera-t-il la durée de vie du plan de numérotage téléphonique?

Pour que les numéros de téléphone actuels restent utiles, pour communiquer sur les futurs réseaux télécoms, à côté des autres ressources d’adressage comme les adresses IP et les URI (Uniform Resource Identifiers), on aura certainement besoin de pousser encore davantage la recherche d’une compatibilité entre les différents systèmes d’adressage utilisés. Il est important de souligner que dès qu’on attaque un réseau IP contenant des routeurs on cesse d’utiliser le plan de numérotation téléphonique actuel (E.164). En effet les numéros de téléphone dans leur format habituel, sont conçus au départ pour qu’on les utilise dans les réseaux téléphoniques commutés (RTC) utilisant les systèmes de signalisation classiques comme  le CITT N7. Ces numéros  téléphoniques ne sont pas adaptés pour fonctionner dans les réseaux à base IP, qui utilisent généralement le format URI. Comme ces numéros restent importants, même après l’arrêt total des réseaux téléphoniques(RTC) vers 2030, on va continuer certainement à les utiliser pour longtemps avec les réseaux IP. A cet effet, les ingénieurs ont conçu des passerelles et le protocole ENUM (tElephone NUmber Mapping). L’ENUM comme on va voir dans la suite de l’article permet de retrouver à travers les DNS (système de noms de domaine) une adresse IP à partir d’un numéro de téléphone classique. Le système d’adressage IP (IPv4 ou IPv6), tel qu’il est en service sur la toile Internet, est utilisé aussi dans les réseaux NGN (Next Generation Network) et IMS (IP multimedia system) comme principal système d’adressage.

Le format général utilisé dans les réseaux IP est généralement l’URI. Un URI, de l’anglais Uniform Resource Identifier, est un ensemble de caractères identifiant une ressource sur un réseau, par exemple une ressource web.

 L’URI, qui est presque l’identifiant principal entre les réseaux, est définit à la base comme une association ‘identité–service’ dans un format de type système:utilisateur@hôte ou le système:identifiant@domaine.tld. le TLD étant le top-level domain. Le format URI est polyvalent, et à côté du format URI réputé pour e-courrier électronique (mail to:user@domain.tld), l’URI pour SIP (sip:utilisateur@hôte) est en train de devenir un identifiant essentiel pour l’adressage des abonnés à la VoIP avec le protocole SIP (Session Initiation Protocol). Pour mémoire le SIP, étant un protocole standard ouvert qui permet la gestion de sessions utilisées dans les différentes communications dans les réseaux IP. Ces types d’identifiants fonctionnent tous sous IP et permettent de remonter jusqu’à l’adresse IP.

L’ENUM permet justement, comme on a dit auparavant, de retrouver à travers les DNS (système de noms de domaine) une adresse IP à partir d’un numéro de téléphone classique E.164. ENUM utilise ainsi le DNS pour mapper les numéros de téléphone aux identificateurs de ressources uniformes (URI).

La spécification technique d’ENUM est définie dans la norme Internet Engineering Task Force (IETF) la RFC 6116. Pour mémoire l’Internet Engineering Task Force (IETF), élabore et promeut des standards, en particulier les normes qui composent la suite de protocoles Internet (TCP/IP) et ce depuis 1993.

Ainsi en utilisant ENUM, les numéros de téléphone sont convertis en adresses Internet, permettant aux utilisateurs finaux de connecter un ou plusieurs services de communication à leur numéro de téléphone et fournissant un point de contact unique pour des services tels que la voix sur IP, le courrier électronique, la présence et la messagerie instantanée.

E.164 qu’étant le plan de numérotage téléphonique international écrit et administré par l’UIT, fournit l’infrastructure de numérotation internationale. Quant au domaine .arpa,  pour la zone des paramètres d’adressage et de routage désigne la sous partie dédiée à l’infrastructure Internet. Les deux domaines de premier niveau d’E.164 et .arpa sont combinés pour créer E.164.arpa, l’espace de noms hôte ENUM. Le DNS est le mécanisme par lequel le logiciel Internet traduit les noms comme «ltemagazine@yahoo.com»  en adresses IP sous forme de chiffres et inversement.

ENUM est particulièrement adapté aux applications VoIP et peut aider à fournir des appels VoIP de bout en bout de haute qualité entre différents réseaux transportés entièrement via Internet. L’ENUM, ce nouveau standard résout ainsi le problème de correspondance et permet d’utiliser de nouvelles applications, grâce à la publication des identifiants dans le système des noms de domaine (DNS). Il reste aux ingénieurs de résoudre au niveau international les problèmes restants concernant la compatibilité entre les systèmes d’adressage utilisés, les numéros de téléphone, les adresses IP, les noms de domaine et les Uniform Resource Identifiers (URI).

 enumprotocol

 Aujourd’hui, s’il existe des solutions techniques permettant la gestion de la procédure ENUM, le déploiement ce   type   de   solutions à grande échelle pose notamment    quelques    difficultés au    niveau de    l’administration    des    numéros. De nombreuses entreprises utilisent ENUM pour le routage VoIP interne. Certaines entreprises utilisent ENUM pour le routage entre fournisseurs.

enum2

Aussi dans certaines applications de routage de VoLTE élément clé des systèmes IMS Breakout to TDM. Rappelons la gestion de la numérotation téléphonique relève de la responsabilité de l’UIT et des autorités  nationales de régulation des télécommunications. Quant à la gestion des adresses  Internet  relève de la responsabilité de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers ), qui délègue à des entités nationales et régionales certaines de ses attributions.  Un important travail de coordination entre ces différentes organisations est nécessaire, ce qui ressort de l’entretien réalisé par Lte magazine avec l’UIT-T.

Enfin la généralisation du protocole ENUM au niveau international prendra du temps car il soulève de nombreuses questions notamment en relation avec la régulation: Quels numéros de téléphone peuvent être utilisés dans les DNS pour le protocole ENUM?, Est-ce possible de réglementer les services «à seul numéro uniquement»?, Qui sera en charge d’introduire les numéros à l’entrée dans le DNS pour associer un numéro de téléphone à un ensemble d’URL?, À qui appartient le numéro de base? : Le consommateur? Le fournisseur de l’application? Un registraire? Le registre? Le fournisseur d’accès?

Comment une personne peut-elle revendiquer un intérêt exclusif pour un numéro de téléphone?

Suite à un échange le 21 septembre 2018 avec M. Fernando Hernandez responsable à l’autorité de régulation en Uruguay, expert international dans le domaine, il nous a précisé que le travail sur ENUM continue (Voir les activités de la CE 2 de l’UIT-T). L’implémentation de l’ENUM sera probablement la solution pour la transition d’E.164 à tout IP. Il a ajouté qu’actuellement certains opérateurs l’ont mis en service et certains régulateurs se préparent à l’ENUM.

Concernant l’avenir du système d’adressage dans les réseaux télécoms et selon le Professeur Mounir GHOGHO (IEEE Fellow), directeur du laboratoire de recherche TICLab à l’Université International de Rabat (UIR), il y a un consensus croissant parmi les chercheurs selon lequel le rôle central de l’adressage IP est mal adapté à l’utilisation actuelle de l’Internet. En effet, pour obtenir un contenu (page web, musique, vidéo, etc.), l’utilisateur type ne saisit pas une adresse IP mais une description du contenu souhaité sur Google, Yahoo, YouTube, Facebook etc. Contrairement à cette utilisation réelle de l’internet qui est orientée contenu, la couche réseau basée sur le protocol IP utilise des adresses IP (hôtes) pour déterminer à partir de «où» le contenu doit être téléchargé. Cette incohérence entre le modèle d’utilisation centré sur le contenu d’Internet et le modèle de service centré sur les adresses proposé par la couche IP engendre plusieurs problèmes liés à la performance, la sécurité et la mobilité. Pour pallier ce problème, des chercheurs explorent actuellement des architectures de réseau pour l’internet du future visant à mettre en œuvre le paradigme centré sur le contenu. L’architecture d’un réseau centré sur le contenu, appelé en anglais Information-Centric-Network (ICN), vise à déployer une alternative au protocole TCP/IP et donc une nouvelle conception des fonctionnalités de la couche réseau. Une couche réseau centrée sur le contenu doit adopter un schéma d’adressage basé sur les noms des contenus sans inclure des références à leurs emplacements. La requête  de l’utilisateur, basée sur un nom de contenu «destination», est acheminée vers la copie la plus proche du contenu demandé. La bonne performance de cette approche suppose une mise en cache dynamique intelligente des contenus dans le réseau. L’intelligence artificielle jouera donc un rôle important dans le design et le management de l’internet du future.

Pour suivre l’actualité du protocole ENUM on peut se référer au lien de l’UIT : http://www.itu.int/en/ITU-T/inr/enum/Pages/default.aspx.

Aussi voir le guide ENUM élaboré par GSMA en 2017 sur lien :

https://www.gsma.com/newsroom/wp-content/uploads/NG.105-v1.0.pdf

Par Ahmed Khaouja ingénieur télécom et expert de l’UIT.

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

LTE.ma 2018 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH