Vendredi , 24 novembre 2017
Accueil » tribune libre » La vie quotidienne et la vie culturelle en Chine
La vie quotidienne et la vie culturelle en Chine

La vie quotidienne et la vie culturelle en Chine

De nos jours, de plus en plus de gens cherchent à aller en Chine pour exercer un travail spécifique; qu’il s’agit d’enseigner l’anglais, de diriger une entreprise ou d’occuper un poste de direction.

Mosquée au coeur de la ville de Yinchuan en chine

Mosquée au coeur de la ville de Yinchuan en chine

Le fait que vous ayez un intérêt pour la culture orientale, notamment la culture chinoise, façonnera de prime abord votre expérience en Chine. Ceux qui ont été affectés pour travailler en Chine comprendront qu’une personne qui a l’esprit ouvert ou qui a beaucoup voyagé serait moins avantagée par rapport à celle qui a choisi d’y vivre. Malgré les compétences linguistiques que peut avoir une telle personne, des questions comme le moment et la façon d’être poli en Chine et les modes d’expression des chinois dans leur vie quotidienne ne manqueront pas de surgir.

D’ailleurs, beaucoup de gens qui vivent en Chine ne sont toujours pas sûrs de comprendre le mode de vie chinois, d’autant plus lorsqu’il est question de politesse ou s’ils ont encore du mal à accepter cette façon de vivre. Ceci étant, ces idées ont été soulevées pour mettre en exergue la question afin que vous puissiez vous adapter plus facilement et avoir une expérience globalement plus enrichie en Chine.

Activités quotidiennes et vie sociale

Les chinois ne discutent généralement pas, entre eux, des sujets émotionnels. Dites, par exemple, que vous rencontrez des amis chinois et allez les saluer ! Généralement, un occidental dirait quelque chose comme « Hey, comment allez-vous? » lors de la première rencontre. Bien que ce ne soit pas offensant à tous les égards, un tel sujet est traité avec plus d’émotions dans la culture chinoise. Les chinois auraient tendance à le laisser de côté ou le garder pour un autre moment selon les circonstances. « Comment allez-vous? » n’est pas une question courante en chinois, mais vous devriez plutôt demander quelque chose comme « Avez-vous mangé? Ou trouver quelque chose d’actualité à discuter, comme une observation par exemple. Parler de quelque chose qui vous est arrivée sur le chemin avant de rencontrer l’ami serait aussi très bien vu. Garder le « Comment allez-vous? » à un moment plus approprié et une fois que vous auriez vraiment fait la connaissance de la personne, avant que cette dernière ne devrait vous fait part de ses émotions.

à l'entrée des murailles de Chine non loin de Pékin

à l’entrée des murailles de Chine non loin de Pekin

Les chinois utilisent beaucoup la méthode d’observation même avec les gens pour faire montre d’altruisme. Par exemple, les chinois sont très directs lorsqu’ils croisent les gens et font des commentaires comme «Vous avez pris du poids», «Vous avez perdu du poids» ou «Vous avez une nouvelle coupe de cheveux». Parfois, ils feront la remarque si un tel changement convient à cette personne, ils n’avancent généralement un commentaire que si celui-ci est positif. Ils ne considèrent pas ces observations comme étant offensantes, mais plutôt comme évidentes et que l’on ne peut cacher à l’œil nu.

Une autre façon de penser à briser la glace avec les chinois est de parler de ce que vous avez vécu ou constaté, généralement, lors de votre séjour en Chine et les changements que vous avez senti dans votre mode de vie en retournant chez vous. Les chinois qui sont très curieux de connaître les autres modes de vie, ont presque tendance à ressentir un certain réconfort à entendre que leur pays est comparable aux autres, en particulier lorsqu’il s’agit d’un pays occidental. Cela peut aller très loin avec le Chinois que vous connaissez à peine ou que vous venez de croiser. Toutefois, il est préférable de ne pas se montrer trop négatif, car personne, dans toute autre culture, n’accepterait vraiment entendre du mal de son pays natal, et les chinois ne font pas exception. Les occidentaux ont un grand problème du fait qu’ils se plaignent de la Chine, même s’ils y sont vraiment attachés et qu’ils l’aiment à maints égards. Ils doivent garder cela à l’esprit, aussi bien pour le scénario de briser la glace que pour leur propre bien-être en Chine.

Pour le chinois que vous n’avez jamais rencontré, il se peut que vous trouviez des difficultés à entamer une conversation. Si vous avez déjà été dans un ascenseur avec des chinois ou vraiment dans un espace public, vous avez peut-être remarqué que les chinois n’entretiennent que rarement des conversations avec des étrangers. Dans un endroit comme les États-Unis, les gens essaient de briser la glace et de créer des occasions sociales en discutant avec des inconnus ou en abordant la météo par exemple. Cela ne veut pas dire que tout le monde aux États-Unis agit de la sorte, mais cela n’est pas anodin qu’un citoyen du Minnesota, après avoir pénétré dans un bâtiment public chaud, de signaler à un gardien ou à quiconque à quel point il se sent frileux. Cependant, un tel commentaire en Chine n’est généralement pas le bienvenu et les chinois estiment que cela va au-delà du socialement acceptable. «Pourquoi s’engager dans une conversation sans but avec des gens que vous ne connaissez pas?», A déclaré de nombreux amis chinois après que nous leur avions posé des questions à ce sujet. Pour eux, tout le monde sait qu’il fait froid et ils ne voient aucun intérêt à engager une conversation avec des étrangers lorsqu’ils sont pressés.

Aux murailles de chine

Aux murailles de chine

Cependant, dans des provinces plus petites en Chine ou plus décontractée comme le Sichuan, qui est réputée être un lieu de retraite pour les chinois, les gens ont plus tendance à s’engager dans de petites discussions, mais vous devez faire le premier pas si vous êtes un étranger, car ils auront peur de ne pas pouvoir parler chinois ou que leur anglais ne soit pas assez bon pour leur permettre de tenir une conversation. Il y a lieu également de noter que les habitants des grandes villes à travers le monde sont souvent pressés et n’engagent pas des conversations avec des étrangers, c’est pourquoi ce comportement n’est pas particulier à la Chine, malgré la différence notable qui subsiste.

En revanche, les compliments en chinois sont acceptables comme partout dans le monde, en tenant compte du bon contexte. Bien qu’il soit bizarre en Chine de faire des compliments à un étranger sur son apparence à certains moments, il est normal que les gens se fassent des compliments le plus souvent sur des choses comme les vêtements, les sacs, les montres, etc. Les animaux de compagnie sont un bon brise-glace. Dans des parcs, les personnes qui ont des chiens ont tendance à s’entretenir les uns avec les autres, tout comme des enfants.

D’ailleurs, ne soyez pas surpris si les chinois veulent souvent voir ou même toucher votre bébé en public. De nombreux d’occidentaux se plaignent de ce comportement et craignent souvent les germes, mais pour une raison ou une autre, les chinois n’en pensent pas beaucoup.

Il est parfaitement acceptable et souhaitable que vous fassiez des compliments à des chinois que vous avez rencontré avant ou avec lesquels vous aviez établi une relation, de préférence à travers quelqu’un des votre ou de leur connaissance.

Ceci étant, s’approcher des chinois en tombant de nulle part est généralement ressenti avec un certain malaise. Les occidentaux se plaignent souvent de ne pas pouvoir parler chinois ou se faire des amis à moins qu’ils ne soient introduits par le biais de relations ou du guanxi, mais comme dans tous les autres lieux, les étrangers doivent être conscients et respectueux des coutumes. Autrement dit, les chinois ne voient pas l’intérêt ou l’avantage de se livrer à de telles interactions. Vous pouvez constater ce même comportement dans les grandes villes à travers le monde et comme il y a très peu d’endroits en Chine avec de petites populations, je pense personnellement qu’il s’agit là d’une question liée à l’environnement. Les gens de la campagne chinoise qui ne sont pas toujours pressés ont tendance à se montrer beaucoup plus disposés à s’engager dans de telles discussions aléatoires.

Pour approcher les personnes dans la rue, les étrangers tentent souvent d’obtenir leur numéro, etc. Cela laisse habituellement les chinois sans parole, puisqu’ils ne sont pas habitués à une telle franchise, ce qui peut sembler plutôt étrange puisque la population est si directe avec tout le reste, mais il en est ainsi. Une fois à la caisse, j’ai remarqué une personne s’approcher d’une fille qui vérifiait devant lui en abordant en premier lieu la caissière. La conversation avec la caissière portait sur un produit que la femme avait entre les mains (si je me souviens bien il s’agissait du prix). Une conversation a alors été engagée entre eux ; ce qui a donné lieu à davantage de communication entre la personne et la jeune fille. Mais la fille semblait accepter la conversation, alors que si la peronne l’avait approchée sans passer par la caissière, cela aurait pu être trop direct. Cela peut sembler difficile à croire, mais c’est ce qui arrive souvent dans de nombreux autres scénarios. Le facteur de politesse dans ce scénario permet d’aboutir à la conversation plutôt que d’entrer dans une discussion sans établir en quelque sorte les fondements.

Avec bassam étudiant de Yémen à Pékin

Avec bassam étudiant de Yémen à Pékin

Dans l’ensemble, lorsque les chinois parlent avec politesse ou keqi sur une base sociale quotidienne, cela témoigne de leur respect de l’environnement d’autrui et de leur préoccupation de leurs affaires pour la plupart du temps. Les chinois sont très pratiques du fait qu’ils aient des objectifs et des engagements à accomplir ; et sauf si vous êtes présenté sur une base de relations et avez une sorte d’avantage à apporter à la table, sinon ne vous attendez pas à vous faire des amis à gauche et à droite, au moins sur une base aléatoire. Être respectueux et offrir des compliments dans les bonnes conditions ou s’engager dans une discussion d’actualité dans des bonnes conditions semble fonctionner le mieux pour les étrangers en Chine.

Par Bassam Bassam Salem Al-salehi Etudiant à Pékin.

Voir la version en anglais “Daily living in China and cultural life”

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

LTE.ma 2017 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH