Mardi , 11 décembre 2018
Accueil » Innovation » ÉTABLISSEMENTS PUBLICS D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR AU MAROC TRANSFORMATION DIGITALE, ENJEUX ET PERSPECTIVES
ÉTABLISSEMENTS PUBLICS D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR AU MAROC TRANSFORMATION DIGITALE, ENJEUX ET PERSPECTIVES

ÉTABLISSEMENTS PUBLICS D’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR AU MAROC TRANSFORMATION DIGITALE, ENJEUX ET PERSPECTIVES

A l’instar du Maroc digital 2020 qui vise à positionner le Maroc comme « hub » numérique d’Afrique, et par conséquent l’inscrire dans l’économie digitale, le présent travail  se propose de construire une esquisse de projet dans le but de digitaliser « l’établissement public d’enseignement supérieur marocain » et partant  le rendre « intelligent ».  L’idée de base est de rendre compte de la situation des Technologies de l’Information les (TIC) qui prévaut au sein de l’établissement public d’enseignement supérieur (EPES)   à travers  les outils de communication et  les méthodes des enseignements dispensés et aussi par le biais de son affichage signalétique, à visée informative,  en vigueur  et partant contribuer à l’amélioration de ces derniers  à travers quelques propositions à court et à moyen terme. Dans cette perspective, l’accent sera mis sur l’exploitation intelligente des TIC au service du milieu éducatif.

               Nous entendons par « établissement d’enseignement supérieur  intelligent » (Smart institutions), objet de notre investigation, un établissement d’enseignement ouvert sur le monde, capable et d’assurer une qualité universelle des programmes éducatifs et d’adopter des approches pédagogiques s’inscrivant dans un écosystème digital axé sur l’innovation mais aussi sur  un apprentissage durable. Pour réaliser ces objectifs, il faudra recourir à un repositionnement stratégique des (EPES)  lequel suit les tendances et les exigences du marché[1]. A cet effet, il ne s’agira plus de considérer les TIC comme un levier d’innovation et d’entreprenariat capable de promouvoir des pratiques pédagogiques mais plutôt comme un gage de qualité.

            Les axes retenus dans ce papier sont: (I) Les « méthodes et approches » d’apprentissage;  (II) Les outils  et méthodes pédagogiques utilisés dans les « salles de cours » et les moyens déployés pour accéder  à l’information et aux savoir dans les «Bibliothèques» des  » apprenants » et des  « enseignants » au sein de l’établissement d’enseignement supérieur; (III) L’affichage signalétique  dans ledit lieu; (IV) La communication interne entre  l’apprenant,  l’enseignant  et le corps  administratif.

            Le choix de ces axes n’est pas fortuit, il est fait en raison de leur importance en tant que vecteur de communication qui renseigne non seulement sur la situation du système éducatif en termes de stratégies et méthodes d’enseignement en vigueur mais aussi  sur la manière dont la communication professionnelle   s’établit entre le corps administratif, l’enseignant et l’enseigné. Ces derniers sont souvent confrontés à de tristes réalités relatives à la lenteur des procédures administratives  qui impactent négativement leur psychologie et engendrent un malaise voire des frustrations  qui se répercutent négativement sur leurs rendements. D’où l’importance de les rendre souples et fluides.

Hypothèses de base

Partant du principe que l’usage des TIC dans le système éducatif ainsi qu’une visibilité moderne à visée informative et attractive  permettent à un établissement d’enseignement de faire connaître la diversité de ses filières didactiques et de renseigner sur la qualité de ses programmes pédagogiques, nous essayerons de proposer quelques idées novatrices pour contribuer à côté des collègues qui nous ont précédée à l’amélioration de la qualité des vies estudiantine, professorale et administrative au sein des EPSE, et ce, en l’inscrivant dans un écosystème digital qui lui permettrait d’occuper ou de pérenniser  sa place au rang des établissements d’enseignement supérieurs  prestigieuses. Dans cette perspective, nous posons d’emblée les questions de recherche suivantes :

            Dans quelle mesure les TIC contribuent-elles à améliorer  la qualité des enseignements dans une optique intelligente ? Comment participent-elles à rendre fluide la communication  entre les trois principaux protagonistes à savoir l’administration l’enseignant et l’enseigné ? En quoi l’affichage  signalétique  digital peut être un vecteur de communication  capable  de renseigner sur l’état  des lieux?

Pour répondre à ces questions et bien d’autres,  nous avons établi des observations[2] auprès des principaux protagonistes à savoir: les apprenants, les enseignants et le corps administratif. Le but est de collecter un maximum d’informations afin de proposer une esquisse de projet qui contribue à l’amélioration de quelques aspects qui demeurent classiques que nous avons cités de supra.

Dans ce qui suit, notre esquisse de projet sera articulée en fonction de l’ordre suivant : les  méthodes et approches  d’apprentissage ainsi que les outils et méthodes pédagogiques utilisés dans les salles de cours ; les moyens déployés pour accéder  à l’information et aux savoir dans les Bibliothèques des  apprenants et des  enseignants; l’affichage signalétique et la communication interne entre  l’apprenant,  l’enseignant  et le corps  administratif.

            En ce qui concerne, les  méthodes d’apprentissage, nous proposons une approche pédagogique qui fait du milieu éducatif, un carrefour où se croisent les méthodes classiques basées sur le présentiel mais  aussi sur le « e-Learning » dans des classes intelligentes interconnectées que l’on peut s’ en servir non seulement pour assurer  la « formation diplômante » à distance  au profit des pays subsahariens dans le cadre d’une coopération qui repose sur le principe « gagnant-gagnant »  mais aussi pour  s’ouvrir sur les écoles du monde afin de construire un meilleur référentiel.  Pour ce qui est des outils et équipements que l’on devrait utiliser d’une façon systématique, nous suggérons l’usage  du tableau interactif, connecté afin d’exploiter les supports audio-visuels, films documentaires, textes, encyclopédie, …  dans l’acte pédagogique.  Ainsi, pour préparer les apprenants à devenir les Hommes de demain, ce papier rend compte de l’importance de rattacher un « incubateur » à l’établissement public d’enseignement supérieur (EPES) afin d’impliquer davantage l’étudiant dans des projets entrepreneuriaux et d’accompagner par la suite les « Startups » au lancement de leurs propres entreprises.    Ce papier ambitionne également de doter les étudiants de code d’accès aux bibliothèques internationales en ligne pour favoriser  l’égalité des chances à l’accès à l’information récente et actualisée.

            Afin  d’avoir une  meilleure visibilité auprès des nouvelles recrues et auprès des partenaires locaux et étrangers, cette esquisse de projet incite à doter les lieux  d’une signalétique interactive. Elle suggère donc des équipements écologiques intelligents qui respectent l’environnement et facilitent la communication ainsi que l’orientation dans les lieux afin de dépasser les moyens de communication classiques qui se passent généralement entre un agent de sécurité et un visiteur.  Ainsi dans la même optique, cette modeste recherche propose d’équiper l’ (EPES) de mobilier urbain écologique tel que, les bornes solaires connectées au wifi lesquelles font à la fois office de poubelles et  de supports de recharge des  Smartphones,  tablettes, etc.  Par ailleurs, pour faire d’une pierre deux coups,  nous proposons d’exploiter lesdites bornes comme  tables de plan d’orientation pour accueillir  les visiteurs et leur faciliter l’accès aux locaux. Par ailleurs, ce papier  souligne l’importance de mettre en place un affichage dynamique digital, à valeur informative,  afin de renseigner sur les événements internes et externes (planification des examens, rattrapages,  report d’un examen ou d’une séance de cours ou d’une matière quelconque, affichage des emplois du temps, programmation d’activités parascolaires, organisation d’une journée porte ouverte, etc.).

            Pour ce qui est de la communication interne dans le milieu du travail, nous proposons de concevoir deux plateformes distinctes comme moyen  de communication. La première permet de rapprocher la distance entre l’enseigné et l’enseignant, elle peut être utilisée comme un espace de partage de l’information et du savoir. La deuxième facilite la communication interne entre ces deux derniers et l’administration, elle peut être exploitée pour fluidifier les procédures administratives en cas de demande et/ou de réception d’un papier administratif signé, cacheté et scanné tels que : un certificat de scolarité, une attestation de travail, un relevé de notes dans le cadre de la mobilité des étudiants, etc.)

Limites de la recherche

Cette esquisse pêche par le fait qu’elle ne traite pas tous les problèmes liés à la problématique précitée. Elle propose des plateformes et des codes d’accès au savoir en ligne qui peuvent être à des prix coûteux et  ne rend pas compte du facteur humain,   les personnes ressources et les apprenants résidents aux internats des établissements scolaires. Ces derniers sont constamment exposés au WIFI qui émet des ondes  électromagnétiques qui ont, à coup sûr, des effets néfastes sur leur santé et à leurs facultés visuelles et sensorielles.

Par soucis de dévier de la problématique soulevée de supra, ce papier ne propose pas de solutions viables pour économiser le papier et les énergies renouvelables dans le milieu scolaire, …  .

Conclusion

            L’intérêt général de ce papier réside dans le fait qu’il incite à l’usage des TIC  dans une optique digitale, au service du système éducatif  dans l’établissement public d’enseignement supérieur d’aujourd’hui.  Ainsi, il présente l’avantage d’apporter quelques idées  afin d’optimiser les méthodes d’enseignements et partant inscrire l’(EPES)  dans le rang des établissements intelligents.

Par ailleurs, il souligne l’intérêt d’opter pour une signalétique digitale afin séduire et d’attirer  davantage les potentielles nouvelles recrues ainsi que les partenaires locaux et étrangers  par une visibilité attractive et par un affichage qui participe en grande partie à la promotion des pratiques des EPSE mais aussi qui permet aux étudiants de se tenir informés sur tous les événements en relation avec leur propre établissement ainsi que tous les avis et notes de service les concernant. Elle propose donc des équipements écologiques intelligents qui respectent l’environnement et facilitent la communication ainsi que l’orientation dans les lieux.

De même, elle souligne l’intérêt d’intégrer des classes de cours virtuels  dans le système éducatif, d’adopter des approches et méthodes pédagogiques qui alternent et la formation en présentiel et celle en ligne afin de garantir un apprentissage concentré et durable,  et partant d’assurer aux apprenants l’égalité de chance au niveau de l’accès à l’information récente en temps réel.

Pour éviter les correspondances par e-mail personnel et au risque d’avoir des réponses tardives, elle  rapproche la distance entre  l’enseignant et l’enseigné et  leur propose une interface web[3] comme espace de partage de l’information et du savoir. En outre,  elle met en avant les avantages du e-Learning  et de la  formation diplômante et/ou certifiante, à distance, que  l’établissement public d’enseignement supérieur  pourrait mettre au service du potentiel apprenant des pays subsahariens et partant renforcer davantage les liens entre Les EPSE et ceux des pays subsahariens. Enfin,  elle implique l’incubateur au développement des compétences des apprenants  pour  faire de ces derniers les entrepreneurs de demain.

Par le présent papier, nous avons essayé de contribuer, à côté des chercheurs qui nous ont précédée, à l’amélioration de quelques aspects évoqués supra, et ce, en proposant une esquisse de projet qui exploite davantage  les TIC, sous une optique digitale, au service des EPES, et partant de contribuer à les rendre intelligents. De l’examen des résultats des observations établies, il ressort que les établissements publics d’enseignement supérieur et ceux du privé sont en rapport de force. Leurs statuts et leurs attributs sont  fonction de leurs valeurs « capitalistiques ». Quant à  leur transition  dans un écosystème digital, elle représente non seulement un levier de marketing mais aussi un gage de qualité.

                                                  Par Aziza FTOUHI experte en communication.

 

[1] Nous entendons par ce terme, le marché « économique », l’endroit  où se confrontent  l’offre et la demande pour un produit donné. Voir dans (DENIS, L, 1997: «  Dictionnaire des Questions Economiques et Sociales ». LES EDITIONS DE L’ATELIER, Paris, p182)

[2] Consciente de l’importance d’effectuer une enquête qualitative qui repose essentiellement sur l’entretien et le questionnaire.  Mais comme je suis enseignante, je connais parfaitement mon terrain et je travaille avec des collègues sur  le repositionnement stratégique de notre établissement,  je me suis contentée de rapporter les faits via l’observation.

[3] Espace web pour éviter les correspondances par e-mail personnel au risque d’avoir des réponses tardives

11 commentaires

  1. Merci pour cet article intéressant. En effet, il aborde la concurrence existant, en terme de transformation digitale, entre les etablissements publics et ceux du privé. Il propose égalements des idées simples mais que l on peut exploiter à bon escient :)

  2. EL ALAOUI Sohaib

    C’est très bon article Professeur
    C’est une approche qui pourrait servir notre pays et aussi peut donner une ouverture vers l’afrique dans les projet sud sud
    On peut avoir des étudiants d’autre pays qui font des cours chez nous et qu il peuvent avoir leur diplome comme oppenclassroom coursera ou edx

  3. J’ai beaucoup apprécié le contenu de cet article qui a pointé de doigt les grands bouleversements que connaîtra le secteur de l’enseignement par la digitalisation.

  4. Je félicite l’auteure de l’article d’avoir osé soulever un tel sujet. On ne peut nier la présence et l’importance du digital dans notre vie de tous les jours. Certes les usages diffèrent mais il s’avère omniprésent.malgré tout. Le tout est de savoir l’exploiter à bon escient. L’enseignement/apprentissage est l’un des secteurs qui doit en tirer profit au maximum, si nous considérons à titre d’exemple le cas des effectifs d’étudiants éclatés dans les salles, le digital serait un bon instrument pour résoudre le probléme..
    Il faut noter que le digital n’est pas sans danger, chose marquée par l’auteure de l’article, en d’autres termes, il faut peser les avantages et inconvénients pour savoir jusqu’où peut on s’aventurer? et quels sont les risques qu’ on est capable de prendre pour atteindre nos objectifs..

  5. Fatima Tijani

    Instructif et innovant , cet article pointé du doigt toutes les technologies dont peuvent bénéficier tous les acteurs actifs du système éducatif marocain . Dans quelques établissements scolaires privés , on a déjà commencé à introduire le tableau interactif. Seulement la plupart des enseignants n’ont reçu aucune formation qui devrait les aider à rendre cet outil un moyen de communication approprié à l’apprentissage Intelligent qu’on souhaite inculquer aux enseignés.
    Je trouve que cet article peut inciter tout à la réflexion, surtout les décideurs dans notre pays. Il faudrait qu’ils remettent en cause tous les vecteurs qui agissent sur le fonctionnement de notre système éducatif. Bonne initiative chère professeur et bonne continuation .

  6. Un grand bravo Madame pour ce projet qui sera probablement un grand bouleversement dans ce domaine. Je souhaite que les instances concernées puissent lire cet article pour le concretiser!!

  7. Cet article m’a redonné espoir dans notre système éducatif en général. En effet, étant moi-même professeur, je vois clairement les avantages de cette nouvelle approche. Je ne rentrerai pas dans les détails de cette article , mais je dirais quand même que le Maroc se mondialise dans le sens où il essaie de suivre les pas des pays développés. Les étas-unis par exemple, et en connaissance de cause, adopte déja ce système. Pour ne citer qu’un seul exemple, la majorité des conversations entre les enseignants et les apprenants se font à travers un web que l’école achète et qui est diréctement lié aux téléphones ou au pc des enseignants. De ce fait, on gagne du temps, rien ne traîne et toutes les préoccupations sont résolues d’une manière ou d’une autre. De nos jours, tout est contrôlé par la technologie. Le système éducatif doit aussi faire partie de cette vague de développement. Le maroc sera non seulement une porte ouverte aux touristes, mais aussi aux étudiants virtuels. Arrêtons de nous leurrer, sans un bon système éducatif, il n’y a pas de progrès. Je trouve cet article extraordinaire. Son contenu m’a fait chaud au coeur. Bon courage!

  8. ABDELILAH TALEB

    I appreciate your article regarding the digitalisation of our high education system. It was well-written and contained sound, practical advice. in fact, this topic is among the 14 axes which the recent created agency (ADN) is charged to face up in the years ahead, ANRT worked on this issue in the framework of Universal Service as well. from my point of view, i guess this kind of article or any such thought-provoking initiative will inspire our decision-makers to go forward with the Moroccan education system in a properly manner and bring it up to the international standards.

  9. El kouch Rachid

    Je suis un habitué à lire le magazine LTE de M. Ahmed Khaouja – Ahmed
    Khaouja – Directeur PTT Maroc – que j’apprécie et respecte beaucoup. Chaque fois qu’on se rencontre on évoque des sujets d’actualité. Si Ahmed Tbarkallah est toujours à jour et il est très bien informé.

    Dans ce dernier numéro de LTE Magazine N°18/2018, en plus des sujets traités et qui ont une tendance technique très intéressante, mon attention a été attirée par l’article de notre collègue Mme FTOUHI Aziza intitulé: Etablissements Publics d’ES au Maroc – Transformation Digitale, Enjeux et Perspectives qui propose un nouveau positionnement de notre pays lui permettant de fonctionner comme un Hub numérique pour pouvoir exposer notre continent africain dans une même vitrine et ainsi lui permettra de s’inscrire et de se considérer dans une nouvelle ère de Digitalisation.

    Imaginez un jour nos établissements publics d’enseignement supérieur acceptent de se convertir en numérique !!. Ceci facilitera automatiquement la gestion des données et par conséquent améliorera les méthodes de
    travail avec une exploitation intelligente des Technologies de l’Information au
    service du milieu éducatif.

    La nécessité de digitalisation c’est pour pouvoir participer d’une manière intégrale à la société de l’information, ce qui n’est certainement plus à
    mettre en évidence, car ceci représentera un enjeu majeur à la fois culturel, économique, politique et surtout éducationnel pour affronter la vie personnelle et sociale avec une personnalité suffisamment épanouie.

    Plusieurs autres points d’application avec notamment la nécessité de rompre
    l’isolement et de développer des synergies par le biais du travail collaboratif, de rénover le système de l’enseignement, ou encore de
    s’inscrire dans les nouveaux courants d’échanges internationaux aux contenus
    et aux supports de plus en plus virtuels.

    Bravo Mme Aziza, le sujet soulevé est très important en ce moment précis où tout le monde en parle mais sans réagir. Tu as réagis ton article est très bien présenté à mon sens, il est d’une grande importance, il va, surement,
    repousser le sentiment de peur chez ceux qui considère que le digital est une aventure à grands risques.

    Pr EL KOUCH Rachid

  10. J’ai beaucoup apprécie les idées développes dans cet article. L’auteur propose d’exploitation du digital afin de booster la rentabilité et la qualité de notre enseignement. Par exemple les classes de cours virtuels sont devenus un socle important dans l’enseignement du 21 siècle.

  11. Article très intéressant qui propose également des idées en relation avec la nouvelle culture de la digitalisation qui touche presque actuellement la totalité des domaines et qui est devenu indispensable dans certains autres secteurs.
    Faisant le lien entre la nouvelle ère technologique et toujours en relation avec les systèmes éducatifs, l’apport principale est que la communication sera plus fluide et la communication aura un autre sens en exploitant les nouvelles technologies sur une plateforme dédie avec un engagement collectif pour réussir le projet et profiter de ses fruits pour le bien de notre pays.

Répondre à E Ibn Elhaj Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

LTE.ma 2018 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH