jeudi , 6 août 2020
Accueil » Innovation » Entretien avec M. Bertrand Piccard qui a effectué le tour du monde avec un avion solaire
Entretien avec M. Bertrand Piccard qui a effectué le tour du monde avec un avion solaire

Entretien avec M. Bertrand Piccard qui a effectué le tour du monde avec un avion solaire

Monsieur Piccard, avant de vous poser ma première question, permettez-moi de vous présenter à nos lecteurs: Vous êtes médecin et pilote Suisse. Vous avez réalisé le tour du monde au bord d’un avion solaire « Solar Impulse » qui a atterri pour la première fois en Afrique à l’aéroport de Rabat Salé le 5 juin 2012.  Auparavant, Vous avez réussi, avec le pilote britannique Brian Jones, le premier tour du monde en ballon en 1999. Actuellement, Vous êtes président de la fondation Solar Impulse dont l’une des missions est de labéliser les produits industriels respectant l’écologie. Cet entretien est accordé après 49 années après la tenue de la première conférence sur l’effet des activités humaines sur le climat le 10 juillet 1971 à Stockholm en Suède .

Bertrand Piccard pilote Suisse et médecin

Question 1 de Lte magazine (Khaouja) : Qu’on le veuille ou pas le confinement a eu un effet positif sur la nature ! Quelles leçons doit-on tirer de cette crise ?  

Réponse de M. Bertrand Piccard : Ce qu’on voit depuis le début de l’année 2020, jusqu’à fin juin, une réduction de 8% des émissions du CO2 et effectivement un retour de la faune, d’un air plus pur et d’une eau plus claire. Mais au prix de l’effondrement de l’économie mondiale. Donc, nous ne pouvons pas envisager de protéger la nature en détruisant l’économie mondiale. Ce n’est pas possible. Ça fera beaucoup de souffrances. Des millions de gens perdront leur travail et leurs revenus et par conséquent ils manqueront de nourriture. Donc pour moi, la notion de décroissance économique n’est pas possible et pas réaliste. Au même temps, une croissance illimitée et une consommation excessive nous amènent à un chaos environnemental. Donc, ni l’un ni l’autre n’est la solution. Je crois qu’il faut rentrer dans une croissance qualitative, c’est-à-dire en créant des emplois et du profit, tout en remplaçant les vielles infrastructures et les vieux systèmes polluants de la nature, par des technologies efficientes plus propres et qui protègent l’écosystème. Pour moi, la croissance économique ne veut pas dire qu’on produit toujours plus et qu’on consomme toujours davantage. Au contraire, il faut qu’on devienne de plus en plus efficient.

Question 2 : Pour lutter contre ces effets et pour motiver les décideurs, vous plaidez pour une écologie pragmatique contrairement à celle dite idéaliste. Comment rendre la réalisation de cette écologie pragmatique contraignante, dans le cadre d’une économie compétitive. Ne faut-il pas passer, dans une première étape,  par l’instauration d’une taxe carbone ou de pollution pour justement un équilibre entre les projets rentables ?

Réponse : Ce qu’on constate, c’est qu’il faut parler le langage des gens qu’on veut convaincre, c’est-à-dire le langage financier et industriel. C’est à cet effet que la fondation « Solar impulse » a lancé la 2ème partie de son programme, après avoir réussi le tour du monde avec l’avion solaire dans le cadre de la première partie. Dans le cadre de cette 2ème partie, on a sélectionné 1000 solutions technologiques qui sont capables de protéger l’environnement et ce, de manière financièrement rentable. On vise maintenant d’offrir ces solutions aux gouvernants et aux grandes entreprises pour permettre à tout le monde d’avoir une politique énergétique et d’une politique de l’environnement plus ambitieuse. A date d’aujourd’hui, on a déjà atteint 550 solutions technologiques qui ont été déjà labélisées. Ces solutions qui sont écologiques, sont garanties comme crédibles, rentables et créatrices de profit et d’emploi. Ceci dit, il y a maintenant d’autres choses à mettre en place afin de respecter les règles élémentaires de l’économie. Aujourd’hui, on ne respecte pas ces règles élémentaires quand on crée de la pollution et quand on n’intègre pas les externalités dues à cette pollution. Si on pollue, en se débarrassant des déchets, on met la santé des populations et la nature en danger. Donc on fait des dégâts économiques. En plus, l’émission du CO2 génère des changements climatiques et diverses catastrophes naturelles. Donc, face à ces dégâts, il est normal de payer pour ces externalités polluantes. Aussi, la taxe carbone est-elle une manière de corriger une vielle injustice où on n’assumait pas le cout de ce qu’on fait. Le système économique actuel est en train de se détruire de lui-même, car il utilise de vielles technologies polluantes et parce qu’il ne paye pas les conséquences de cette pollution.

Question 3 : Cela étant noté, Monsieur Piccard, l’existence des diverses pollutions ne réside-t-elle pas aussi dans la  crise de l’intelligence humaine ? Car, tout semble lié et bien lié. Par exemple, on ne peut point remédier aux problèmes de pollution de l’écosystème sans modifier l’économie et les habitudes de consommation. En effet, la logique économique en vigueur actuellement, dont celle keynésienne par exemple, oblige parfois les valeurs écologiques à céder le pas aux valeurs financières.

Réponse : Vous savez, le vrai capitalisme vise à augmenter le capital et en faire profiter le maximum de gens pour pouvoir consommer et s’enrichir. Aujourd’hui, le capitalisme détruit le capital naturel. Ce n’est pas du vrai capitalisme. C’est une perversion du néolibéralisme. Ce qui fait qu’on détruit le capital humain en mettant les salaires les plus bas possible. Ce qui ne permet même pas à ces salariés de vivre. On détruit aussi le capital environnemental en polluant la nature, les océans, l’air…On détruit aussi les ressources rares de la planète par le gaspillage et par l’excès de consommation. Donc, pour bien vivre sur notre planète, on doit supprimer les perversions du système, c’est à dire les inégalités sociales qui sont absolument inadmissibles et moralement inacceptables. Des inégalités qui risquent de provoquer des troubles de la part de ceux qui n’ont rien à perdre sur cette planète. On doit aller vers un système qui rendra la vie durable. Le fait de chercher à s’enrichir à court terme au détriment de la nature ne doit pas être simplement accepté. Le rôle des gouvernants doit être un rôle de leadership, un rôle où on garantit le bien être de la planète-terre et des populations. Les comportements polluants, égoïstes et dangereux sont réprimés et interdits.

Question 4 : Le philosophe Suisse Jean-Jacques Rousseau a proposé un contrat social pour une paix sociale entre les composantes de la société. Le Philosophe français Michel Serres a proposé, pour sa part,  dans son livre « le contrat naturel » un contrat avec la nature pour une paix avec elle ; car aujourd’hui le local semble agir sur le global avec la mondialisation, exemple la crise nucléaire de Tchernobyl en Russie.

Réponse : Je pense que oui. Beaucoup de gens sont convaincus de ça. Mais il faut leur offrir la possibilité. Il y a une série d’étapes à suivre qui rendrait tout ça difficile. Vous savez, il y a ceux qui, par égoïsme, veulent continuer à s’enrichir en polluant la nature. Et ça devrait être interdit. Il y a ceux qui ont la difficulté de changer de cap. Car souvent c’est lent. Par exemple, l’industrie des voitures ou de la chimie. Mais s’ils changent rapidement, leurs usines fermeraient et ils feraient faillite et des millions d’employés se trouveraient au chômage. Donc, ces gens-là, il faut les aider en leur montrant qu’il y a des solutions technologiques moins polluantes, efficientes et compétitives.  D’autre part, il y a ceux qui se désintéressent de l’écologie et qui continuent à polluer avec leur industrie et avec tous les risques pour la nature et les populations.

Question 5 : Que pensez-vous de la citation de M. Michel SERRES philosophe français, tirée de son livre « Le Contrat Naturel » : «S’il existe une pollution matérielle, qui expose le temps du climat à des risques, il en existe une deuxième, invisible, qui met en danger le temps qui passe et coule, la pollution culturelle. Sans lutter contre la seconde, nous échouerons dans le combat contre la première ». ?

Réponse : Je suis d’accord. Mais si on créé de nouvelles instances pour l’éducation, pour éduquer notamment les jeunes et les enfants, il nous faut beaucoup de temps, une trentaine d’années. Il est vrai qu’il faut le faire. Mais en attendant, il faut plutôt éduquer les adultes, les politiques, les parlementaires, les ministres et les chefs d’Etats. Les médias sont les mieux placés pour jouer ce rôle. Les médias sont les meilleurs relais pour ces idées fondamentales pour l’écologie. Si les médias soutiennent l’économie efficiente, écologique et qualitative, les gouvernants sont dans l’obligation de suivre. En effet, les médias aident à forger les idées politiques des électeurs et des citoyens.  Donc, un gouvernement qui veut gagner les élections doit être orienté dans la bonne direction, celle tracée par les médias. Si les médias nient les effets négatifs des activités humaines sur la nature, ça sera la catastrophe.  C’est pour cela que je donne des interviews et des conférences. Car c’est le meilleur moyen pour les populations, en encourageant les gouvernements à aller dans le bon sens.

Question 6 : Justement Monsieur Piccard, souvent le politique réalise des projets en fonction des élections à venir et le chef d’entreprise calcule la rentabilité de ses projets sur 10 ans. Ne faut-il pas réformer aussi le temps à long terme que nous utilisons dans nos projets actuels, pour le calcul de la rentabilité financière, car le temps écologique agit à très long terme, sur plus de 100 ans ?

Réponse : C’est pour cela qu’il nous faut des leaders politiques qui montrent le chemin dans lequel on doit s’engager. Au Maroc, vous avez un Roi qui est visionnaire et qui prend des décisions qui s’imposent pour la nature. Le programme des énergies renouvelables du Maroc est remarquable. Programme qui vise plus de 50%  d’énergie renouvelable d’ici 2030. C’est pour cela que j’admire le Maroc.

Avant de clore cet entretien fort instructif, vous voudriez bien agréer, M. Bertrand Piccard, en mon nom personnel et à celui de l’ensemble de mes lecteurs, mes remerciements les plus chaleureux pour la qualité et la sincérité de vos réponses, ainsi que pour votre disponibilité. Je vous laisse le mot de la fin à l’attention de ces centaines de milliers de nos lecteurs, se trouvant dans plus de 180 pays, surtout par rapport à vos deux citations : la première que vous aviez prononcée à Rabat lors de notre rencontre le 6 juin 2012 «on doit utiliser toutes les technologies de cet avion solaire pour un meilleur bien-être durable sur notre terre ferme. Et la deuxième vous l’aviez prononcée aux Emirats Arabes Unis en 2015 : « quand on fait un tour du monde sans une goutte de carburant cela signifie qu’on peut tout faire pour s’en sortir sur la terre ferme. »

Ah oui ! C’est vrai! En effet, c’est le contenu de mes citations qui m’a motivé pour la création du projet de « Solar Impulse » pour montrer qu’avec des technologies propres et des énergies renouvelables, on peut accomplir des objectifs à priori impossibles à réaliser. Donc, quand on a réussi à faire le tour du monde sans carburant, cela veut dire qu’on peut utiliser les mêmes technologies utilisées dans les airs sur terre ferme, pour réaliser des choses incroyables. Surtout qu’aujourd’hui, ces technologies propres deviennent rentables financièrement, tout en créant des emplois et du profit. Donc l’avion « solar impulse », c’était le symbole volant de cette philosophie. Maintenant, il s’agit de l’appliquer effectivement au jour le jour, sur terre ferme, pour que ça devienne totalement effectif, concret et intégré dans la vie de tous les jours.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher pandora outlet pandora outlet pandora outlet pandora outlet pandora outlet pandora outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet peuterey outlet peuterey outlet peuterey outlet peuterey outlet woolrich outlet woolrich outlet woolrich outlet moncler outlet moncler outlet moncler outlet golden goose pas cher golden goose pas cher golden goose pas cher golden goose pas cher golden goose pas cher golden goose pas cher golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet nike tn pas cher stone island outlet stone island uk stone island stone island outlet supreme outlet supreme outlet online
LTE.ma 2020 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH