Accueil » tics-Audiovisuel » Entretien avec l’EMI par rapport à Solardo
Entretien avec l’EMI par rapport à Solardo

Entretien avec l’EMI par rapport à Solardo

Lte Magazine (Ahmed Khaouja) a réalisé le présent entretien avec Mme Laila Sedki Ingénieur d’état en Electricité et doctorante à l’EMI par rapport au projet « Solardo ». Ce Projet est réalisé lors de sa recherche doctorale encadrée par M. Mohamed Maaroufi, Professeur et Directeur Adjoint Coopération, Partenariat et Recherche à l’EMI. Signalons que ce projet « Solardo » a été très bien apprécié et distingué lors de la COP22 de Marrakech.

1- Pouvez-vous présenter votre projet aux lecteurs de LTE Magazine, en quelques lignes?

SOLARDO est un projet d’éclairage naturel dans le bâtiment, son principe se base sur une technologie nouvelle, en cours de recherche scientifique, que nous avons développée et concrétisée dans l’équipe de recherche en énergie électrique et commande (EREEC) à L’Ecole Mohammedia d’ingénieurs (EMI) à l’Université Mohammed V de Rabat (UM5R) .

L’idée du projet c’est la  transmission de la lumière  du soleil de l’extérieur du bâtiment vers l’intérieur via  la technologie des  fibres optiques.  En fait il s’agit dans ce système d’une parabole traitée avec des miroirs, cette parabole constitue un concentrateur solaire qui suit le soleil, qu’on place en toiture ou sur les façades du bâtiment, et qui concentre les rayons  solaires dans le point focal. A ce niveau est situé une pièce innovante brevetée qui va servir à la fois comme moyen de filtration des rayons infrarouges et ultraviolets et aussi comme support de fixation du faisceau de fibres optiques. Ce dernier  va transmettre les rayons, sous forme d’onde visible vers l’endroit souhaité dans le bâtiment.

Des systèmes d’éclairage naturel du jour existent déjà dans d’autre pays mais sont très coûteux, d’autres sont des modèles théoriques et pas encore généralisés. Nous avons réalisé ce système en  tenant a l’utilisation de la fibre optique en PMMA (plastique qui fond à 70°C environ alors que la température au point focal dépasse largement les 150°C) pour ne pas impacter le coût du système avec l’utilisation de la fibre optique en verre et pouvoir généraliser la solution et l’intégrer dans notre pays avec  des investissements faibles. On peut améliorer le rendement en utilisant une fibre optique plus efficace telle que celle utilisée dans les télécoms.

2- Pourquoi ce nom «Solardo »?

SOLARDO c’est l’abréviation du nom du système en anglais avec une saveur marocaine : Solar Daylighting Optical fiber system  est en même temps « DO » en arabe « darija » signifie lumière. SOLARDO c’est alors  la lumière du soleil.

3-Quelle est la problématique visée avec ce projet

La problématique visée c’est la question de l’éclairage artificiel dans les bâtiments car dans un bâtiment les fenêtres ne concernent que l’enveloppe du bâtiment, souvent le cœur du bâtiment reste sombre et nous sommes obligés alors d’utiliser la lumière artificielle pendant la journée alors qu’on a une abondance de la lumière à l’extérieur. (Les recherches indiquent que la lumière extérieure dépasse 30 fois nos besoins à l’intérieur).  Si on analyse les statistiques de la consommation énergétiques nationales et aussi mondiales on trouve que l’utilisation de la lumière artificielle pendant la journée est courante dans les administrations, les écoles, les hôpitaux, les hôtels, locaux commerciaux, …

D’après des années de  travail en tant qu’ingénieur d’électricité dans le secteur bâtiment j’ai réalisé un  nombre important de projet avec, par exemple, des grands sous-sols dédiés comme zone bureaux. Alors  vous imaginez avec moi la quantité d’électricité consommée par l’éclairage artificiel demandé durant la période de travail administratif de 9h à 16h et pendant toute l’année ! Le bâtiment reste un secteur énergivore et la  consommation d’éclairage artificiel jour et nuit  dans ce secteur  dépasse largement les 30% de la consommation globale d’un bâtiment.

 4-Quelles sont les avantages de ce système

  • C’est un système simple sur le plan réalisation et implémentation dans le bâtiment pendant la phase de construction ou dans les bâtiments déjà existants.

  • Il permet l’utilisation directe des rayons du soleil sans aucune transformation en électricité.

  • Il permet de faire d’importante économie d’énergie.

  • Il a un impact testé sur le moral car en travaillant sous cette lumière au laboratoire  pendant une journée on ressent les changements climatiques à l’extérieur et la lumière varie suivant les périodes de la journée et ne reste pas figée comme la lumière artificielle  (éclairage moyen le matin fort à midi et diminue vers 16h). La productivité et le rythme de travail varient alors avec.

  • Le spectre est un spectre solaire naturel ce qui signifie confort visuel et bien être.

  • Le spectre visible transmis n’est pas filtré nous  espérons faire des études aussi pour valider l’impact de cette lumière sur l’absorption de calcium et la concentration de la vitamine D dans le corps humain.

5-Aujourd’hui le projet est une réalité. Où en êtes-vous dans vos démarches futures : Brevet, industrialisation, commercialisation du produit…. ?

Le brevet d’invention concernant la nouveauté dans cette application et le système de la triple filtration est déjà déposé. Actuellement nous somme en phase  prototype qui est réalisé, nous avons reçu durant notre participation avec le système SOLARDO à la  COP22 des propositions pour réaliser la première installation pilote avec un model industriel. Nous voulons avoir aussi d’autres partenaires pour compléter la recherche et l’amélioration de cette application innovante surtout au niveau local, sachant que beaucoup d’autres applications importantes autres que l’éclairage peuvent être réalisé avec le même système.

6-Votre projet fonctionne principalement la journée quand il y a du soleil. Avez-vous pensez à des solutions hybrides ?

J’aime toujours défendre la composante du jour car c’est très intéressant de résoudre la problématique de l’éclairage artificiel du jour quand il y a du soleil comme vous dite, et qui pénalise nos bâtiments t, comme expliqué avant, en termes d’efficacité énergétique. C’est pour cela que nous avons présenté le système exprès comme système dédié à l’éclairage du jour exclusivement. Et je rassure les lecteurs de LTE Magazine que l’idée d’hybrider le système ainsi que la solution en cas de temps nuageux est déjà étudiée et prise en considération et sera dévoilée au temps opportun. SOLARDO fonctionnera le jour et aussi la nuit.

7- Est ce que toutes les composantes constituant actuellement le système objet de votre projet sont passives ou bien il y a des sous-ensembles qui nécessitent une alimentation électrique par exemple ? 

 Le système de suivi solaire nécessite une consommation négligeable d’électricité qui peut être fournie par une simple pile de commerce.

8- Enfin quel avenir souhaitez-vous pour cette belle réalisation?

Beaucoup de pistes d’amélioration et de recherche sont ouvertes  pour ce projet. L’équipe de recherche en énergie électrique et commande (EREEC) de l’EMI déploie beaucoup pour approfondir cette recherche. La logique SOLARDO est comme dit le proverbe « il ne faut rien chercher qui serait extraordinaire. L’extraordinaire est dans la simplicité de l’ordinaire ».

D’un autre côté, les participants à la 6ème conférence internationale de management des villes côtières (Rabat le 24 et 25 octobre 2016) ont affirmé qu’un tel système doit être généralisé dans toutes nos administrations qui consomment beaucoup d’électricité dans l’éclairage du jour. SOLARDO va contribuer largement à l’efficacité énergétique de nos bâtiments tout en utilisant une lumière naturelle bénéfique pour notre santé et dont nous avons tous besoin.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

LTE.ma 2017 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH