vendredi , 15 novembre 2019
Accueil » Editorial

Editorial

Dans ce numéro, le 27ème, nous vous proposons entre autres un dossier sur les Startups. Pour bien traiter ce sujet, M. Y. Diop nous éclairera, en cinq points, sur ces jeunes et innovantes entreprises au Maroc. Ensuite M. Bouyaakoub Noureddine, Directeur Général de CE3M (Cluster électronique-mécatronique et mécanique au Maroc), répondra à six questions que nous lui avons posées lors de l’entretien qu’il nous a accordé. Rappelons que CE3M est l’un des incubateurs labélisés par la CCG (Caisse Centrale de Garantie) au Maroc dont le site est www.ce3m.ma. Pour compléter l’étude de ce dossier, nous mettons à votre disposition quelques vidéos intéressantes, accessibles à la page d’accueil et dans la rubrique médiathèque, vous permettant ainsi de mieux cerner l’écosystème des startups. Rappelons qu’une startup, qui signifie en anglais une « société qui démarre »,  est une entreprise innovante qui démarre dans un domaine à fort potentiel de croissance. Historiquement, c’est dans les télécoms que les premières startups ont vu le jour au début du XXème siècle. En effet, l’intérêt pour les startups a commencé pour la première fois dans les années 1920 à New York aux USA dans les projets de la technologie de transmission sans fil (TSF). Au Maroc, le soutien aux startups s’est intensifié ces dernières années et plusieurs acteurs et groupes se mobilisent pour le développement de ces entreprises émergentes. Pour mieux accompagner les startups au Maroc, la Caisse Centrale de Garantie, parmi d’autres acteurs, a mis en place et en collaboration avec plusieurs institutions nationales et internationales, le fond Invest Innov doté de plus de 500 millions de dirhams sur la période 2017-2021.  Pour mémoire, en 2018 plus de 4 millions de dollars ont été investi dans les startups au Maroc contre plus de 300 millions au Kenya par exemple. Le total des aides accordés aux startups au niveau international se chiffre à plus de 250 milliards de dollars. Pour éclairer nos lecteurs sur les startups au niveau international on reproduit dans ce numéro l’article de M. Daoud expert de l’ONUDI sur l’état des startups en Tunisie et l’entretien que nous avons réalisé avec Annabelle Kwok l’une des jeunes startups réussies.

Deux articles sont proposés dans la rubrique Télécom. Le premier « L’intelligence artificielle (IA) : évolution et applications » de M. Mor Ndiaye Mbaye Directeur de Cabinet du Ministre de l’Economie Numérique et des Télécommunications au Sénégal. Article qui nous donne les évolutions et les applications de l’IA dans le cadre de la synergie avec le développement des autres domaines de la nouvelle technologie numérique. Le deuxième « Et si on faisait du Maroc une société digitale » de M. IDRISSI Abdelahad KAITOUNI ingénieur télécom et ex président de l’association des ingénieurs télécoms au Maroc. M. Idrissi nous explique qu’après l’informatisation qui nous a permis, entre autres, de faire de moins en moins de queue pour payer nos diverses factures ou tirer notre argent, le numérique va certainement conduire à une création de valeurs par l’amélioration des chaines commerciales et l’apparition de nouveaux métiers pour accompagner ceux qui ne connaissent rien au numérique.

Trois articles pour la tribune libre de ce numéro :

a- « Hammourabi, les codes et la Blockchain » d’Ata-ilah Khaouja. Lors de ce voyage de 4000 ans, nous apprendrons que les prémisses de la Blockchain ne datent pas d’aujourd’hui.

b- « Quelle éducation aux sciences et aux technologies ? » du Professeur Abdelaziz Daoud, expert ONUDI, qui nous rappellera que deux voies principales se dessinent et se rejoignent de temps à autre. La première voie est dédiée à l’enseignant qui dispense la matière théorique. La deuxième voie consiste à inculquer à nos étudiants la capacité de proposer une solution parmi plusieurs présentées. Remarquons, pour finir, qu’au niveau des pays maghrébins, les programmes de notre enseignement primaire et secondaire qui sont trop chargés et assez théoriques, ne laissent malheureusement aucun répit, à notre jeunesse, pour développer convenablement leur imagination et leur créativité.

c- Un article d’Ahmed Khaouja: « Les fluctuations boursières sont-elles des symptômes d’une économie en récession ». Dernièrement, nous avons tous constaté que les bourses mondiales sont de plus en plus si fragiles que plusieurs institutions financières, comme le FMI, s’en inquiètent. Dans cet article on essayera de voir si ces fluctuations vécues de temps à autres sont dues juste à des corrections conjoncturelles ou bien elles proviennent des éléments plus profonds et qu’on traine dans le temps faute de modèle économique adéquat?

D’autres informations pertinentes sont disponibles au niveau des autres rubriques dont notamment celles concernant « évènements » et « médiathèque ».

A la demande de certains lecteurs anglophones on vous propose la version anglaise de l’article que j’ai eu le plaisir de traiter : « la réforme de l’ONU à l’ère numérique ». Egalement sera traduit à l’anglais, dans ce numéro, l’article « Les fluctuations boursières sont-elles conjoncturelles ou structurelles? ».  

Suite au succès qu’a connu la 4ème édition de l’AITEX tenu à Rabat les 24 et 25 octobre 2019 sous le thème « le numérique moteur de la croissance en Afrique », le 28ème numéro de LTEmagazine, sera consacré au thème abordé à l’AITEX 2019.  Ce thème sera traité en concertation avec certains acteurs marocains et internationaux. On traitera aussi l’évolution de la FTTH technologie car désormais, la technologie optique dite FTTH (Fiber to the Home) s’impose dans la connectivité et les réseaux très hauts débit. Actuellement, la course au Gigabit est aujourd’hui une réalité un peu partout dans le monde, notamment dans le cadre de la technique dite XGPON à base de la WDM (Wavelength Division Multiplexing).

 

Par Ahmed Khaouja Directeur de PTT Maroc et expert de l’UIT

3 commentaires

  1. Votre site revue très bien
    Vincent

  2. Bravo à toute l’équipe de Lte magazine. Il serait peut être opportun d’adresser la place du consommateur dans le secteur des télécommunications en menant une comparaison entre maroc et pays développés.

  3. un site bien fait . il lui faut un petit « s » aprés « http ».
    la telecommunication est avant tout une affaire de securité .

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*