jeudi , 23 janvier 2020
Accueil » Editorial

Editorial

En ce début de 2020, nous sommes heureux de vous présenter chers partenaires et chers lecteurs, nos meilleurs vœux de bonheur, de santé et de prospérité.
Que 2020 soit pour vous tous, l’année de tous les succès.
Comme annoncé lors du dernier numéro, le thème principal de ce 28ème Lte magazine est réservé à la transformation digitale ou numérique. C’est une réalité évidente aujourd’hui, le numérique revêt un intérêt extrêmement particulier. Et pour cause, et qu’on le veuille ou non, le numérique est, plus que jamais, un levier pour les économies contemporaines. Il introduit des changements profonds dans le fonctionnement de nos Etats et de nos cités. Et pour se développer, nos entreprises, ne peuvent plus s’en passer. Et pour bien gérer notre quotidien, le numérique s’installe de plus en plus jusqu’au plus profond de nos foyers par des caméras et par divers objets connectés.
Mais apprivoiser le numérique ne s’improvise pas, car, qu’il s’agisse d’états ou d’entreprises, il nécessite une vision, un engagement, une bonne gouvernance et un soutien aux expériences réussies ! Selon l’Union Internationale des Télécoms (UIT), plus de 170 pays ont déjà adopté une stratégie numérique à novembre 2018.
Vue l’importance du thème et pour lui accorder une portée internationale, nous avons projeté de partager avec vous quelques expériences venues d’autres horizons. Pour cela, nous nous sommes entretenus avec des hauts responsables de plusieurs pays. Nous remercions, donc, vivement toutes ces personnalités qui ont bien voulu se rendre disponible, malgré leurs engagements, le temps d’entretiens intensément riches. Tout d’abord, M. Indrek Onnik, Directeur au ministère des affaires économiques et de la communication au gouvernement de la République d’Estonie et de M. More Mbaye, Directeur du cabinet du ministre de l’économie numérique au Sénégal. Le numérique a également un impact sur la manière d’organiser la concurrence et concerne aussi la protection des données au niveau de nos Etats. Pour traiter de ces deux aspects, on a réalisé des entretiens avec la présidente du Conseil de Concurrence au Portugal Mme Margarida Matos Rosa et avec M. Omar Seghrouchni Président de la Commission Nationale de la Protection des Données au Maroc (CNDP).
Dans la tribune libre, on vous propose trois articles. Le premier dont le titre est «L’apocalypse Big-dataire de 2050 ». La disparition soudaine de toutes nos données est une éventualité toute probable. Cette destruction peut avoir une origine naturelle ou technologique. En effet, supposons qu’un jour de cette année 2050, qui nous paraît lointaine, subitement et sans aucun préavis que la Terre toute entière recevait par exemple un bombardement de rayonnements ionisants venus de l’univers ou d’une bombe nucléaire spécifique qui paralysera partiellement ou totalement l’ensemble de nos bases de données numériques et tous leurs systèmes de traitement. Certainement la probabilité pour que cette cyber attaque venant de l’univers ait lieu est faible, mais y réfléchir nous permet de nous nous prémunir en avance et de nous préparer à ce triste scénario. Et l’humanité en sortira gagnante. L’objectif de cet article est tout d’abord de décrire ce que sera notre monde numérique en 2050, ensuite voir comment entamer une réflexion sur une éventuelle cyber-univers-attaque qui risque d’endommager la mémoire numérique de l’humanité et de penser à la mise en œuvre de solutions et d’organiser des systèmes de précautions. Le sujet n’est pas insolite et plusieurs grandes compagnies ou agences, tels qu’IBM ou la NASA, pensent déjà à ces risques. Certains pays s’y sont mis, depuis quelques temps, comme la Suisse réputée depuis longtemps dans le stockage de l’or mondial, s’est positionnée dans le stockage de données. Installés au cœur de ses montagnes et dans de grands bunkers à 80 kilomètres de Zurich, la Suisse qui devient ainsi l’un des pays les plus sûr en protection de ses centres de données et est placée au troisième rang parmi les pays les plus attractifs pour le sécurité des données. Le deuxième venant de Tunis dont le titre est : « L’INGENIEUR DE L’APRES L’AN 2020 DEFIS ET FORMATION ». Le troisième de Ata-Ilah Khaouja traite « Le selfie ou le Narcisse numérique ».
Dans la rubrique télécom, on vous propose un bilan de la CMR de l’UIT tenue à Charm-El-Cheikh en Egypte du 28 octobre au 22 novembre 2019.
D’autres informations pertinentes sont à découvrir dans les rubriques « Evénements » et « médiathèque ».
Par Ahmed Khaouja Directeur de PTT Maroc et expert de l’Union International des Télécoms (UIT).

3 commentaires

  1. Votre site revue très bien
    Vincent

  2. Bravo à toute l’équipe de Lte magazine. Il serait peut être opportun d’adresser la place du consommateur dans le secteur des télécommunications en menant une comparaison entre maroc et pays développés.

  3. El Hadji Alioune Ndiaye

    grand bravo

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher louboutin pas cher pandora outlet pandora outlet pandora outlet pandora outlet pandora outlet pandora outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet peuterey outlet peuterey outlet peuterey outlet peuterey outlet woolrich outlet woolrich outlet woolrich outlet moncler outlet moncler outlet moncler outlet golden goose pas cher golden goose pas cher golden goose pas cher golden goose pas cher golden goose pas cher golden goose pas cher golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet nike tn pas cher stone island outlet stone island uk stone island stone island outlet supreme outlet supreme outlet online
LTE.ma 2020 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH