Samedi , 21 septembre 2019
Accueil » Télécom » 2020 sera-t-elle l’année mondiale de la 5G?
2020 sera-t-elle l’année mondiale de la 5G?

2020 sera-t-elle l’année mondiale de la 5G?

La 5G est dans notre proche horizon.  Elle sera une réalité commerciale, dans certains pays développés et industrialisés  à partir de 2020. Les réseaux 5G devraient offrir à terme:

-un débit supérieur à celui offert par la 4G;

-une généralisation à grande échelle de la connexion d’objets à Internet ;

-diverses applications en particulier celles liées à l’intelligence artificielle (IA) ;

-la fin de la « neutralité du réseau « , qui existait déjà dans les réseaux mobiles! En effet, la 5G s’appuiera sur le principe du tranchage, qui consiste à  « couper  » le réseau pour allouer des ressources dédiées par type d’utilisation. Il y aura des priorités à gérer. Ainsi, par exemple, une voiture autonome aura plus de priorité qu’un utilisateur assis dans un café avec son smartphone ;

-le renforcement de la transformation digitale que les entreprises préparent en leur permettant de tirer parti du potentiel du Cloud Computing.

Certes, le lancement effectif du déploiement de la 5G est prévu pour 2020, mais il faudra plusieurs années avant que les réseaux de prochaine génération soient vraiment répandus. Selon un rapport de l’Association des opérateurs de téléphonie mobile et des fabricants (GSMA), les abonnés de la 5G devraient atteindre 1,2 milliards en 2025 (soit 14% du nombre total d’abonnés en 2025). La 5G est aujourd’hui un sujet d’actualité sur tous les fronts et représente également des enjeux économiques et géopolitiques majeurs. Au point que son déploiement commercial prévu en 2020, chauffe déjà les esprits entre les pays puissants et surtout entre la Chine et les États-Unis.

  • Les bandes de fréquences des réseaux mobiles 5G : 

Capture d’écran 2019-06-30 à 1.35.29 AMLa 5G devrait être opérationnelle dans un ensemble de bandes de fréquences allant de la bande 600 MHz à la bande de 28GHz. A cet effet, 3 gammes de fréquences ont été identifiées et ceci selon les différentes utilisations:

  • Inférieure à 1 GHz: pour une couverture plus large, y compris les zones urbaines, péri-urbaines et rurales. Cette plage sera un grand soutien pour «l’Internet des objets » (IoT);

  • De 1 à 6 GHz: gamme intermédiaire pour assurer la couverture et la capacité;

  • Supérieur à 6 GHz: fréquences pour « l’ultra haute vitesse ».

Les régulateurs télécoms dans certains pays ont déjà attribués des fréquences à la 5G. Aux USA, la FCC a alloué aux opérateurs américains de nouvelles bandes sur des bandes allant de 3,3 à 3,8 GHz, souvent considéré comme le noyau de la 5G, et la FCC se prépare à attribué les bandes au-dessus de 24 GHz appelé ondes millimétriques en particulier la 28 GHz ou la 26 GHz.

  • Les fréquences 5G en Europe:

  • Pour les bandes déjà harmonisées inférieures à 1GHz, l’Europe a l’intention d’utiliser la bande 700 MHz pour répondre aux besoins de couverture, y compris dans les zones rurales, et pour faire face aux besoins des applications machine-machine ou de l’Internet des objets.

  • les bandes 3,4 et 3,8 GHz seront les premières bandes dans lesquelles la 5G sera introduite en Europe. C’est un excellent équilibre entre la bande passante et les possibilités de couverture. Les bandes 3,4 et 3,6 GHz ont été déjà harmonisées à l’échelle mondiale depuis la CMR-15.

L’Europe a également désigné la bande des 26 GHz au-dessus de 24 GHz pour déployer des services ultrarapides pour une utilisation en Europe par l’horizon 2020. En outre, l’Europe fera campagne à la CMR-19 pour le choix de la bande des 26 GHz en tant que bande mondiale.  En outre, les travaux préparatoires de la CMR-19 ont accueilli favorablement les perspectives d’harmonisation mondiale de la bande des 26 GHz. Outre les fréquences attribuées aux opérateurs de télécommunications, certains pays comme l’Allemagne ou la France ont ouvert des bandes de fréquences telles que le 2,6 GHz aux industriels souhaitant mettre en place leurs propres réseaux mobiles fermés. La bande 2,6 GHz devrait permettre aux entreprises intéressées de commencer à déployer leur réseau 4G, puis de passer à la 5G lorsque les spécifications des réseaux privés sont finalisées.

En Allemagne  le processus d’attribution des fréquences 5G pour les  4 opérateurs télécoms s’est terminé le 12 juin 2019. Un total de 420 MHz dans deux bandes de fréquences, 3,6 GHz et 2,1 GHz. Deutsche Telekom remporte ainsi 90 MHz en 3,6 GHz et 40 MHz en 2,1 GHz, tout comme son rival Vodafone. Telefonica s’adjuge quant à lui 70 MHz dans la bande 3,6 et 20 MHz dans la bande 2,1. Enfin, le nouvel entrant 1&1 Drillisch est parvenu à s’octroyer 50 MHz en 3,6 et 20 MHz en 2,1. Les quatre opérateurs télécoms en course ont finalement investi 6,5 milliards d’euros dans les bandes  3,6 GHz et 2,1 GHz. Quant à la France, Paris a fixé en mai 2019 les règles des enchères sur les fréquences 5G à faire dérouler d’ici la fin de l’année 2019. En effet, des enchères sur l’attribution des fréquences 5G seront lancées  après les vacances d’été 2019 et le processus sera finalisé la fin de l’année 2019. Sur le montant des redevances qui seront demandées aux opérateurs, le gouvernement français cherchait un « juste milieu », entre « l’objectif d’équilibre » du budget de l’Etat, et la prise en compte des investissements importants que devront faire les opérateurs.

  • Les fréquences 5G en Chine:

Le régulateur chinois (MIIT) a officiellement réservé les bandes 3,3-3,6 GHz et 4,8-5 GHz pour le service 5G, et il libérera également la 3,6 et la 4,2 GHz.  La Chine selon certains experts utilisera également la bande 700 MHz pour la 5G. Mais le MIIT pourrait également rendre le spectre disponible à 1 GHz ou 2,5 GHz pour les services 5G.

3-   Les fréquences 5G aux États-Unis: Dans le spectre bas de gamme, les États-Unis ont déjà octroyé des licences 5G dans la bande 600 MHz. Sur le spectre intermédiaire, les États-Unis ont accordé des fréquences dans la bande de 3,5 GHz. Ils prévoient également pour les bandes de 3,7 à 4,2 GHz encore pour la 5G. En outre, Sprint a annoncé le déploiement de la 5G dans la bande de 2,5 GHz. Dans le spectre des ondes millimétriques, les USA envisagent également des fréquences dans les bandes 24 et 47 GHz pour la 5G. En 2019, la FCC a accordé à Samsung la première certification au monde des stations de base de 28 GHz qui seront utilisées pour une solution d’accès sans fil fixe commerciale 5G. 4-   Les fréquences 5G en Afrique: En ce qui concerne la répartition des fréquences établie par l’UIT, l’Afrique est dans la région 1, c’est-à-dire dans la même région que l’Europe. De manière générale, en Afrique, on adopte les mêmes bandes choisies par l’Europe à moyen ou long terme, même si la tendance à l’UIT est d’aller vers des bandes globales.  Par exemple, l’Afrique a suivi presque le modèle européen pour les bandes de fréquences exploitées par la 4G, qui sont: 800 MHz, 1800 MHz et 2,6 GHz.  Par conséquent, pour la 5G et en plus des fréquences dans la bande UHF, il est prévu d’utiliser des fréquences dans la bande allant de 3,4 à 3,8 GHz. Pour le moment en Afrique, nous ne parlons pas beaucoup de fréquences au-dessus de 6Ghz!   

  • Les terminaux 5G:

Quant aux terminaux, ils doivent être adaptés à la technologie 5G et aux bandes de fréquences attribuées aux opérateurs de télécommunication. Certes, des dispositions techniques seront fournies pour permettre aux terminaux compatibles de passer automatiquement de 5G à 4G ou 3G lorsqu’on quitte une zone couverte en 5 G. Pour accéder à un réseau 5G on aura besoin d’un smartphone compatible 5G. Certes, les premiers modèles sont arrivés sur les marchés où la 5G est déployée en particulier en Chine et aux États-Unis.  Plusieurs fabricants ont lancé des terminaux prêts pour la 5G, c’est le cas de Huawei avec le compagnon X, LG avec le V50 ThinQ et Motorola avec le moto Z3, mais aussi OPPO, Sony et ZTE. En 2019, deux produits sont disponibles sur le marché. Le premier est le Galaxy S10 5G, mais en Corée du Sud. Le second est le Xiaomi MI Mix 3 pour la 5G.

  • Quelle tarification des services 5G:

Certes, la 5G sera un réseau plutôt de données. Étant donné que le trafic de données augmente, il est prévu que les opérateurs de télécommunication factureront l’accès à l’Internet et d’autres fournisseurs vont facturer les services en fonction de l’utilisation.  Par exemple, les opérateurs fourniront l’accès à Internet et les fournisseurs de services Cloud offriront des services Cloud à la demande via Internet et l’utilisateur ne paie que ce qu’il utilise.

  • Les débits 5G: à quoi s’attendre:

Débits équivalents à ceux de la fibre, autour d’au moins 100 Mbit/s en moyenne perçus par l’utilisateur, et jusqu’à 20 Gbit/s, au moins en théorie. Le débit dépend de la bande de fréquence utilisée: plus la bande est grande, plus le débit est élevé. Ainsi, le débit 5G pourrait atteindre un maximum de 20Gbps/s. Il s’agit du potentiel  « maximum » qui est envisagé pour la 5G après la finalisation de la norme 5G dans le cadre des IMT 2020. Ainsi, toutes les applications sur Internet peuvent être exécutées instantanément grâce à l’amélioration de la latence, c’est le temps qu’un paquet de données prend pour arriver d’un appareil connecté à un autre appareil connecté. Plus il est faible, plus la connexion est rapide. Avec la 5G, la latence peut être inférieure à 1ms (Milli seconde) comparativement à 0,5 secondes en 4G actuellement.

 (*) Alain Smith: expert des radiocommunications conseillant certains acteurs des télécommunications aux Etats-Unis à la CMR-19

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

LTE.ma 2019 - ISSN : 2458-6293 Powered By NESSMATECH